Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Alain Ramanisum : 25 ans de carrière


25 ans déjà qu’Alain Ramanisum enchaîne titres et succès, le king du séga célèbre dignement sa riche carrière. Partagez un moment haut en couleurs, pour l’occasion, nous l’avons rencontré.


O la hé, Li tourné, La Réunion lé la, Lévé dansé… Qui ne s’est pas déhanché sur l’un des titres phares d’Alain Ramanisum, ses chansons qu’il qualifie lui-même de «séga sentimental à l’ambiance cool». Originaire de l’île soeur, Alain Ramanisum est l’un des trois membres fondateurs du groupe Cassiya. Tour à tour pianiste, arrangeur musical, auteur-compositeur et chanteur en solo au cours de ses vingt-cinq ans de carrière, il a donné un nouvel élan au séga. De Maurice à La Réunion, mais également en Europe, Australie et au Canada, on peut dire qu’il a fait connaître le séga mauricien de par le monde.

Parlez-nous de vos débuts, est-ce que petit vous rêviez de faire carrière dans la musique ?
J’ai commencé la musique à l’âge de 14 ans, à l’école comme batteur, ensuite guitariste et pianiste. Mon premier synthétiseur, mon père me l’a donné après que j’ai passé mon examen, là j’ai joué dans la chorale de mon quartier cassis. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré le groupe zenfan cassis qui cherchait à l’époque un pianiste. Pendant 5 ans on a galéré ensemble, j’étais encore à l’école, c’était dur d’être à l’école et en même temps musicien. On n’avait pas d’argent pour payer la répétition, même pour voyager. On a fait notre premier album et j’ai donné un nom à ce groupe c’est CASSIYA dont je suis le parrain. J’ai commencé à écrire des chansons et aussi à faire des arrangements musicaux pour d’autres chanteurs de l’ile Maurice et de l’océan indien, comme Missty, Sega’el, Joe Vany, Tian, Jean Claude Gaspard, Marcelino… jusqu’à mon propre album solo à La Reunion. J’ai été encouragé par quelqu’un que j’estime beaucoup, Phillipe Ichane, le papa de Barth et Toulou, une famille pour qui j’ai beaucoup de respect, la famille volcan. J’ai été produit par un grand monsieur mustapha Bahdi de Kdm Family, lui c’est comme un père musical pour moi...

Vous êtes indissociable du groupe Cassiya, si vous deviez en quelques mot nous dire ce que cette collaboration vous a apporté vous diriez ….
Cassiya c’est ma famille musicale, on a partagé beaucoup et vécu beaucoup d’expérience de la vie ensemble, on a connu la galère et les succès. Mon plus grand souvenir c’est la première fois qu’on a pris l’avion ensemble, on n’avait jamais voyagé avant, c’était magique...

Quels ont été les moments marquants de ses 25 années sur le devant de la scène ?
Pendant ses 25 années, malgré les galères, tristesses, découragements, au point de penser à arrêter de chanter, grâce à Dieu, j’ai pu m’en sortir. J’ai repris ma vie musicale et j’ai eu beaucoup de bons souvenirs, des succès, des fans incroyables, accro à ma musique, à travers le monde. Des concerts extraordinaires, mais le plus beau moment, c’était quand j’ai reçu le disque d’or en France avec la chanson « li tourné » qui est arrivé à 45 millions de vues. J’ai tourné avec beaucoup de grands artistes à travers le monde, mais mon préféré reste Maître Gims... Mes 25 ans de carrière je les ai passé avec mes fans, des cries et des larmes de joie dans mes concerts, un public en délire musicalement, des photos, des dédicaces dans la rue, dans les magasins, les marchés… partout ! Et pour tout ça, je dois dire un grand merci au peuple et à mes fans.

Lequel de vos albums garde pour vous une saveur particulière par rapport à l’ensemble de vos oeuvres musicales ?
Chacun de mes albums a une valeur importante pour moi, mais mon premier album SegaSega restera toujours unique, car j’étais impatient de le faire. J’étais impatient d’entendre mon nom à la radio, il y avait de l’émotion dans le studio. L’attente de ce qui allait m’arriver. J’étais pianiste et là, faire un album en tant que chanteur, c’était une première expérience pour moi. J’étais content en même temps de ce qui allait arriver et la question était de savoir si le public allait aimer.

Laura Beg partenaire dans la vie comme à la scène, c’est l’amour du séga qui vous a réuni et qui vous unit ?
Laura Beg, c’est une histoire d’amour-d’amitié, à travers une rencontre musicale. On s’est connu dans un pub où elle chantait et moi j’y étais avec mes amis. La rencontre s’est produite ensuite, nous sommes devenus de bons amis, inséparables, jusqu’à ce que nous tombions amoureux l’un de l’autre et que nous partagions notre vie musicale. Je fais des arrangements musicaux pour ses albums. Elle a de nombreux fans. J’ai un très grand respect musical pour elle, c’est une grande chanteuse en plus d’être la maman de mon fils. Le 9 mars elle sera parmi mes invités sur scène pour célébrer mes 25 ans de carrière.

Vous utilisez vos chansons pour faire passer un message, pour vous la musique est un bon moyen de parler, d’aborder des sujets qui vous tiennent à coeur ?
Ma musique, mes chansons, c’est la fête, l’amour, la paix, la famille, la société, la culture et chanter pour « toute nation, toute couleur, toute âge ».

Quels sont vos projets ?
Je vais faire une tournée en Europe en avril-mai, essentiellement pour la sortie de mes 2 albums. J’ai des duos prévus avec des artistes des Seychelles et de La Réunion et des surprises musicales pour mes fans.

Qu’est-ce que l’on peut vous souhaiter pour cet anniversaire de carrière ?
Pour mon anniversaire de carrière, le 9 mars au stade de l’est, je veux vraiment et j’espère, voir tous mes fans de l’île de La Réunion présents, car vous êtes dans mon coeur, dans mes prières. Je ne saurai jamais suffisamment reconnaissant, et je souhaiterai vous dire un énorme merci, pour votre goût pour ma musique et pour cette belle amitié que nous partageons mélodieusement depuis toutes ses années.
 
Stéphanie PAYET

Rédigé le Lundi 25 Février 2019 à 22:09 | Lu 405 fois


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Mai 2019 - 07:00 Une fête des mères originale


Nouveau commentaire :