Menu
A La UNE


Amandine Vi-Tong : “Un rêve de petite fille”


Titulaire d’un DUT en Génie biologique, Amandine Vi-Tong intégrera à la rentrée prochaine une licence de Sciences ingénierie cosmétique. Une tête bien pleine mais aussi bien faite pour la nouvelle Miss Azian, qui se décrit comme “timide et réservée”. Rencontre avec la jeune Tamponnaise de 20 ans.


Rédigé le Mardi 15 Août 2017 à 07:00 | Lu 350 fois

Qu’est-ce qui vous a incité à vous présenter à cette élection ?
J’ai beaucoup été poussée par ma famille et mes amis mais eux comme moi le savons, me présenter à une élection représentait un rêve de petite fille. C’est aussi de la curiosité : découvrir comment se déroule les préparatifs, tout le travail qu’il y a derrière. Ensuite, il y avait aussi le fait de rencontrer de nouvelles personnes et réaliser un travail sur moi-même en ce qui concerne la prise de parole en public qui représente pour moi un gros handicap.
 
Comment se sont déroulées les répétitions ?
Les répétitions se sont pour ma part très bien déroulées étant donné que je pratique déjà de la danse depuis petite. En revanche, pour d’autres filles c’était un plus compliqué. Mais dans l’ensemble, je pense qu’on en revient toutes à la même conclusion : que c’est beaucoup de boulot et que c’est très fatigant.
 
Comment était l’ambiance entre candidates ? Des affinités se sont créées ?
L’ambiance avec les filles était plutôt bonne. Je ne suis pas du genre à aller chercher les embrouilles et de toute façon, je pense que pour la plupart d’entre nous, nous étions là pour nous amuser. Alors l’ambiance n’était pas à la compétition mais plutôt à la camaraderie. On était toutes là pour se soutenir l’une et l’autre. En ce qui concerne les affinités, bien sûr je m’entends avec toutes les filles mais celle dont je suis la plus proche est Noémy, qui est devenue ma première dauphine.
 
Lors du grand soir, quelle a été votre plus grande appréhension ?
Ma plus grande appréhension aurait été de ne pas réussir à marcher en talons, de perdre ma chaussure ou même de tomber. Comme je vous l’ai dit, je fais de la danse depuis longtemps donc monter sur scène et danser ne posait pas vraiment de problème (même si le stress reste le même : on a peur de se tromper, d’oublier) mais défiler ! C’est complétement différent et si on fait quelque chose de travers, tout le monde s’en rendra compte.
 
À l’annonce des résultats, qu’avez-vous ressenti ?
J’étais contente bien sûr, qui ne le serait pas ? Mais sur le coup, je ne savais pas vraiment quoi faire ni comment réagir. Alors quand j’ai vu toute ma famille se lever et crier, je n’ai pas pu m’empêcher de rire.
 
Qu’est-ce qui vous attend durant votre règne ?
Malheureusement je ne serais pas très présente lors de cette année étant donné que je dois partir en Métropole d’ici la fin du mois pour mes études. Cependant, nous sommes en train de nous organiser pour que je participe à certains événements de la communauté asiatique. De plus, avant mon départ, vous aurez la possibilité de me retrouver pour la fête de Guan Di.  

La suite de l'interview dans le Télémagplus n° 237du 15 août 2017



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Septembre 2022 - 11:45 Mikl, l’artiste de la semaine de la Playlist Exo.


Nouveau commentaire :