Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Cap Méchant Nouvelle formule


Figure emblématique de la restauration à La Réunion, le Groupe Cap Méchant, comme d’autres restaurateurs, a dû faire face à la crise du Covid-19 et repenser son activité afin de pouvoir rouvrir dans les meilleures conditions. Nous avons rencontré Christine Grondin qui nous en parle.


POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER AINSI QUE LE GROUPE CAP MÉCHANT (DEPUIS QUAND, COMBIEN DE PERSONNES, NOMBRE DE POINT DE VENTE, OÙ...)
Le Cap Méchant a été créé au début des années 80 par mes parents à Saint-Philippe. Mes frères et moi avons repris l’affaire en 2009. Nous avons développé et fait évoluer le modèle en buffet, brasserie, boutique et à emporter, dans quatre coins de l’île. Nous comptons aujourd’hui une dizaine d’établissements.
QUELS IMPACTS A EU LA CRISE SUR VOTRE ACTIVITÉ ?
Comme toute la profession nous avons subi l’impact de plein fouet car nous étions dans une bonne dynamique depuis quelques mois. La fermeture subite et prolongée de nos activités a fortement impacté la trésorerie. Nous avons dû mettre la quasi-totalité du personnel au chômage partiel. Nous avons eu recours au PGE afin de nous permettre de faire face aux charges fixes pendant cette période où il n’y a plus eu d’entrée de trésorerie mais aussi pour reconstituer notre fond de roulement pour redémarrer nos activités. Nous allons redémarrer l’activité restauration cette semaine, par contre l’activité traiteur est aujourd’hui au point mort. Nous n’avons aucune visibilité sur la reprise de cette activité.

VOUS AVEZ TROUVÉ DES ALTERNATIVES PENDANT LE CONFINEMENT ET AVANT LA RÉOUVERTURE DES RESTAURANTS EN PROPOSANT UNE BOUTIQUE EN LIGNE ... PARLEZ-NOUS EN...
Le confinement et l’arrêt des activités pendant ces deux mois nous ont per- mis de sortir la tête de la marmite, de se poser, et de réfléchir pour savoir quel pourrait être l’avenir de Cap Méchant et définir une nouvelle stratégie post crise. Nous nous sommes posés plein de questions sur la fréquentation des restaurants à la réouverture, le mode de consommation allait-il être le même... Effectivement nous avons mis en œuvre pendant cette période-là une bou- tique en ligne qui était un projet dans les cartons depuis un moment. Cette boutique en ligne qui propose des produits traiteurs salés et sucrés surgelés mais aussi des plats cuisinés pour tout type d’évènements. L’offre va s’étoffer de nouveautés au fur et à mesure afin de satisfaire un plus grand nombre de famille. Nous avons également créer une marque « Les recettes du Cap Méchant » qui sera bientôt présente en GMS notamment pour la gamme traiteur salé et sucré surgelé.

LA PÉRIODE DU CONFINEMENT A VU SE MULTIPLIER LA VENTE À EMPORTER... EST-CE QUE
VOUS PENSEZ QUE CE MODE DE CONSOMMATION VA PERDURER ?

Effectivement la vente à emporter s’est répandue au sein de la profession ce qui est normal, car c’était la seule activité de restauration possible pendant cette période.
Nous pensons que les choses vont reprendre leur cours normal au fur et à mesure déjà pour les habitués des restaurants mais aussi par le besoin de retrouver le lien social dont nous avons tous besoin.
VOUS ALLER ROUVRIR, COMMENT AVEZ-VOUS RÉINVENTEZ L’ACCUEIL DU PUBLIC EN RESTAURANT ?
Nous allons rouvrir ces prochains jours et nous avons dû nous adapter aux préconisations sanitaires pour l’accueil du public et la sécurité de nos opérateurs. Au-delà des gestes barrières, de la distanciation physique et des protections individuelles obligatoires nous nous sommes adaptés à la situation en proposant un service à table au lieu de nos buffets qui avaient un réel succès. Les clients vont pourvoir retrouver la traditionnelle salade palmiste de Saint-Philippe, nos caris créoles, ou encore les grillades et les pizzas. Les clients pourront dès leur arrivée au restaurant scanner le QR code qui sera affiché à l’entrée ou sur leur table afin de disposer de la carte des plats et des boissons sur leur smart- phone.

COMMENT VOS ÉQUIPES ONT VÉCUS CES CHANGEMENTS ?
Nos équipes ont hâte de reprendre leur poste. Nous avons tous des appréhensions car il nous faudra un peu temps afin d’avoir tous les automatismes aussi bien par rapport aux gestes sanitaires qu’à l’adaptation de nos opérateurs en cuisine et en salle à ce nouveau métier qu’est le service à l’assiette. Nous comptons sur la compréhension de nos clients pendant cette période d’adaptation.
QUELESTVOTRESENTIMENTPOUR L’AVENIR DE LA RESTAURATION SUR L’ÎLE ?
La restauration a de beaux jours devant elle. Les gens aiment consommer, se faire plaisir, découvrir de nouvelles cuisines et sortir en famille ou entre amis. À nous d’être à l’écoute de nos clients et d’innover nos cuisines et ses concepts afin de satisfaire le plus grand nombre.

Rédigé le Mercredi 17 Juin 2020 à 20:35 | Lu 495 fois


Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter