Menu
News


En Chine, le jeu vidéo devient matière scolaire



Rédigé le Samedi 24 Février 2018 à 09:39 | Lu 32 fois

En Chine, le jeu vidéo devient matière scolaire
Jouer à un jeu vidéo dans la salle de classe ? C'est désormais permis dans le lycée Lanxiang en Chine.

L’objectif est de former les étudiants pour qu’ils deviennent des professionnels du sport électronique (« eSport »), un secteur en plein boom et qui pourrait faire son entrée au Jeux olympique de Paris 2024.

L'eSport est devenu une discipline professionnelle, avec des joueurs qui se disputent des sommes d'argent lors de tournois organisés dans des salles ou des stades.

Ces compétitions, également diffusées sur internet, sont parfois suivies par des millions de personnes.

En 2018, le secteur devrait générer 906 millions de dollars (732 millions d'euros) de chiffre d'affaires à l'échelle mondiale (+38,2% sur un an), selon le cabinet spécialisé Newzoo, la Chine représentant 18% du total. Dans ce pays, 260 millions de personnes jouent à des jeux d'eSport ou regardent des compétitions, d'après la firme chinoise iResearch.

Les études durent trois ans. Après une première année commune, avec 50% de pratique et 50% de théorie, les élèves sont séparés.

Les meilleurs sont formés pour devenir joueurs professionnels, les autres apprennent la gestion du eSport: organisateur de compétitions, intendant d'équipe, décorateur de scènes pour les tournois, entraîneur, promoteur de jeux vidéos.

"Au départ, les parents pensaient que ça consistait uniquement à jouer aux jeux vidéo… En fait, ce n'est pas le cas, le pro-gaming se développe énormément, et c'est devenu un facteur dans une économie de marché. Telle est la situation" a indiqué Rong Lanxiang, le directeur du lycée Lanxiang.

Ce secteur est aujourd'hui "un facteur de croissance économique" et "ne peut plus être ignoré", relève le directeur de ce lycée qui affirme que l'école s'adapte désormais au marché."

Selon le cabinet d'avocats chinois CNG, eSport en Chine emploie 50 000 personnes, mais il en faudrait 260 000 de plus pour remplir tous ses postes vacants.

 



Nouveau commentaire :