Menu
A La UNE


Essai auto: la MINI COOPER SE 184ch.


Electrisante petite bourgeoise. Les constructeurs n’ont pas le choix, et se doivent de faire appel à la fée électricité pour rentrer dans les clous afin de baisser des émissions de CO2 générale pour l’ensemble d’une gamme.


Rédigé le Mercredi 12 Octobre 2022 à 06:58 | Lu 106 fois

​C’est au tour d’une icône de l’automobile de se convertir à cette technologie.

 La célèbre Mini Hatch emprunte donc le bloc électrique de 184ch de sa cousine BMW i3S, et se pare d’une batterie de 32.6kWh, promettant 230km d’autonomie selon le cycle WLTP. Avec ce nouveau mode de propulsion, un poids en hausse de 140kg, et une absence totale de bruit, cette Mini a-t-elle toujours autant de charme ? C’est la question qui nous taraude avant de commencer cet essai. 

La marque Anglo-allemande a sensiblement différencié son modèle électrique du reste de la gamme, surtout si vous optez pour la finition Greenwich. La calandre pleine gris mat est de série, mais elle ajoute les nombreux stickers « Energetic Yellow », les coques de rétroviseurs dans le même ton, et ces jantes 4 branches « Corona » très originales. Pour le reste, le style de cette Mini 3 portes est toujours aussi craquant, avec ses feux globleux cerclés de chrome, ses feux arrière type « Union Jack », ses passages de roue marqués, et son toit noir laqué.

La plate-forme UKL qui équipe cette Mini, n’était pas prévue à la base pour une motorisation 100% électrique.
Et pourtant, rien ne change au niveau de l’habitabilité, avec une batterie qui prend place sous la banquette arrière légèrement rehaussée, et le tunnel central.

Résultat, on retrouve le même espace à bord, pas extraordinaire pour autant, mais suffisant pour deux adultes et deux enfants. Le coffre lui, cube toujours 211 litres. Vous trouverez les cables de charge sous le plancher. L’agencement de la planche de bord reste le même, concernant la console centrale. La grosse différence, c’est l’instrumentation pour le conducteur, avec l’adoption de cette nouvelle petite dalle numérique mate de 5.5 pouces. Au niveau des commandes, on note juste l’apparition de ce petit interrupteur placé en bas de la console centrale, et qui a pour fonction de régler la récupération d’énergie selon deux intensités (0.11 ou 0.19g).

Est-ce que cette Mini Electrique est aussi amusante qu’une Cooper S ?

Nous ne pouvons pas faire de comparaison directe, mais la réponse est majoritairement positive. La garde au sol est légèrement surélevée pour protéger la batterie, le poids est en hausse de 140kg, mais deux atouts viennent contrer ces petits défauts. Pour commencer, le comportement routier profite d’un centre de gravité abaissé de 30mm, grâce à la présence de cette batterie sous la banquette et le tunnel central. Le véhicule vire définitivement à plat et on ressent à peine l’inertie supplémentaire dans les virages dû au poids.
La suspension est ferme, mais c’est ce qui donne habituellement du charme au Mini. D’ailleurs, la filtration est soignée et les vibrations contenues. Puis, nous avons ce moteur électrique de 184ch, qui distille son couple de 270nm assez violemment en mode Sport, et cela lui donne des ailes malgré le surpoids de l’engin. Attention, en conduite sportive, nous avons droit à certains effets de couple dans la direction, ce qui oblige à bien tenir le volant à l’accélération en sortie de virage.
En jouant avec les différents modes de conduite (Green+, Green, Mid ou Sport), vous pourrez ajuster votre consommation d’énergie selon vos envies. Enfin, on note l’insonorisation parfaite du véhicule. Bien sûr, on ne vous parle pas de la sonorité moteur totalement absente, mais des bruits de roulement quasi-inexistants. Cela parfait le confort de roulage. Mini étant une marque assez originale, on aurait apprécié pour le coup, un petit son, même artificiel dans l’habitacle, surtout en mode sport, à l’instar du Taycan de Porsche par exemple. Cela aurait rajouter une petite dose de piment.

Avec son autonomie d’un peu plus de 200km et sa puissance très respectable, cette Mini Cooper SE a deux fonctions bien précises.
Elle assure vos trajets quotidiens (travail ou shopping en ville) et vous procure un réel plaisir de conduite sur chemins sinueux. Bref, cette Mini Cooper SE ne vise pas la praticité à tout prix contrairement à la Renault Zoé, la Nissan Leaf ou le Hyundai Kona. Non, son objectif est de rester une citadine premium, bien finie et parfaitement équipée, avec en prime, un caractère de sportive.

les Plus et les Moins...

Les Plus :
- Look toujours aussi craquant
- Moteur pêchu
- Comportement routier toujours typé kart
- Confort correct
- Equipements
- Véhicule personnalisable
- Silence de fonctionnement
- Citadine premium et sportive…

Les Moins :
-…avec le tarif qui va avec
- Habitabilité toujours aussi restreinte
- Autonomie de pure citadine

FICHE TECHNIQUE ET TARIF :
Moteur électrique de 184ch et 270nm de couple
Mesures : 3.85mX1.73mX1.43m
Empattement : 2.50m Poids : 1440kg 0 à 100km/h : 7.3s
Vitesse maxi : 150km/h
Batterie : 32.6kWh
Autonomie : 230km WLTP
Recharge batterie entre 36mn et 13h00 selon la prise
Taris compris entre 39 000 et 50 000€ TTC
La liste d’équipements de notre finition M comprend la connexion bluetooth et AppleCarPlay, l’instrumentation à affichage numérique 5.5 pouces, le détecteur de pluie et de luminosité, les feux et antibrouillards 100% LED, la sellerie tissu et simili-cuir, la caméra et le radar de recul, l’accès et le démarrage sans clé, les rétros rabattables électriquement, le contrôle de pression des pneus, le vitrage calorifuge, le régulateur de vitesse et l’écran tactile 6.5 pouces. Finitions supérieures et options : Feux LED matriciels, le chargeur par induction, sellerie cuir, les rétros rabattables électriquement, le système audio Harman Kardon, la navigation GPS avec écran 8.8 pouces, l’affichage tête-haute, le stationnement semi-automatique, le toit panoramique et ouvrant, les sièges avant chauffants etc...



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Octobre 2022 - 10:29 Fête des diplômés de l’IRTS.


Nouveau commentaire :