Télé Mag +
Facebook
YouTube
LinkedIn
Instagram
Menu

Fred Testan Une passion pour les cases créoles


Rédigé le Vendredi 27 Octobre 2023 à 16:30 | Lu 650 fois modifié le Vendredi 27 Octobre 2023

Originaire de Bagatelle Sainte Suzanne, Fred Testan s’est découvert une passion pour les cases créoles en s’exilant loin de son île il y a une vingtaine d’années. De retour et installé désormais à La Montagne, il continue toujours à se perfectionner dans la miniaturisation des cases créoles et espère faire passer un message à travers son artisanat.




Qu’est-ce qui a déclenché votre passion pour les cases créoles ?

Cela m'est venu quand je me suis installé loin de mon île pour le travail. Quand on habite ici, on ne fait pas attention à tout ce que l'on a autour de nous mais quand on s'éloigne de cette belle île tout nous manque: la musique, la culture, les paysages, nos traditions, nos belles cases... Un jour je me suis mis en tête de réaliser une petite maquette de case créole en souvenir de mon île et depuis je ne me suis plus arrêté, c'est devenu une passion, ma drogue. Et cela fait plus de 20 ans que ça dure. Au début je réalisais les maisons pour ma collection personnelle, j'étais devenu fan et j'en réalisais énormément. J'en ai tellement que je manque de place pour les ranger, les étagères en sont pleines. 
 
Vous êtes-vous donné une mission en créant vos cases ?

En créant mes minikasekreoles, j'aimerais toucher le coeur de toute une population, de toute une jeunesse mais aussi de nos responsables. C'est un message que je veux passer à travers elles: leur protection, leur rénovation, leur sauvegarde... Aujourd'hui, on construit beaucoup sans prendre en considération notre culture et notre passé architectural. On oublie nos belles cases d'avant. Pourquoi ne pas construire en gardant des portes Z, du bardage, des lambrequins… Certains bâtiments paraissent ternes désormais. On se croirait en région parisienne avec tous ces fastfoods et ces grandes surfaces ... Où sont nos petites boutiques de proximité? 
 


Quelle est celle dont vous êtes le plus fier ?

La maison dont je suis le plus fier, elle est toute simple. C'est la maison avec en façade une porte et deux fenêtre, toute en tôles (façades et toitures deux pans en tôles rouillée et ses portes et fenêtres en Z) sans oublier le petit jardin créole avec son fouillis végétal. Depuis à peu près deux ans, je partage ma passion sur les réseaux sociaux. Vous pouvez aller voir mes minikases sur ma page Facebook « Minikasekreole » ou sur mon autre page Facebook « lhomme laid » et me dire laquelle vous préférez…
 
Comment avez-vous appris ?

Je n'ai aucune notion d'architecture, j'ai appris sur le tas, petit à petit et aujourd'hui encore j'apprends. J'ai commencé avec des allumettes, puis avec du bois, j'ai tout essayé, c’est long et fastidieux. Je n’y connaissais rien en maquette mais j'ai persévéré... Aujourd'hui, il y a les tutos sur Internet, ça aide. Et puis les échanges avec les passionnés de cases créoles me permettent d'innover. Du coup, de nouvelles idées de créations germent dans ma tête tous les jours et j'adore ça!
 
Votre art a-t-il évolué avec le temps ?

Bien sûr oui, mes minikases ont évolué. Il y a plus de couleurs, plus d'extravagance avec mes cartoons house (cases créoles décalées), plus d'authenticité avec des réalisations personnelles (réalisations de cases créoles qui existent vraiment pour des Réunionnais à partir de vielles photos) et plus récemment je me suis lancé dans des minikases sous cloches... et toujours beaucoup d'idées dans ma tête pour la suite de mes réalisations. En tout cas, je ne regarde pas le temps pour la réalisation d'une case miniature, c’est vraiment ce qu’on appelle une passion. Par exemple, pour une petite case, je peux y passer 5 ou 6 heures et pour une maison plus complexe à étage avec garde-corps style colonial cela mettra plusieurs jours…

 


Comment trouvez-vous votre inspiration ?

Pour les créations originales, l'inspiration vient toute seule car j'ai plein d'image dans la tête. Je commence et je ne connais pas du tout le résultat final, ce qui rend chaque maison unique. D’autres fois, je m'inspire d'une photo car ce sont des gens qui me contactent pour réaliser leur maison d'enfance. D’ailleurs, il m’arrive même d’en expédier en métropole pour des Réunionnais qui vivent là-bas. Et cela me fait toujours énormément plaisir.
 
Quel est votre rêve ?

J’aimerais avoir mon propre atelier, un espace ou exposer mes minikases. Pouvoir recevoir et échanger avec les personnes passionnées par l'architecture créole et les boutiques lontan comme moi. Faire des ateliers avec des enfants pour leur montrer comment avec peu de choses on peut créer, réaliser de belles choses. Pouvoir parler à mes visiteurs du recyclage car j'utilise beaucoup de vieux calendriers, restes de bois, de parquets, chemises cartonnées usagées... pour la réalisation de mes miniatures. J’ai vraiment hâte de vous rencontrer dans mon atelier un de ces jours.
 
Propos recueillis par Laetitia Parsi


Environnement | Mobilité | Lokale | Vie pratique



Publicité