Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

HYUNDAI KONA EV FACE AU KONA 1.0 Turbo essence


Le match électrique/essence


HYUNDAI KONA EV FACE AU KONA 1.0 Turbo essence
Le monde de l’automobile est dans une période de transition. Nouvelle norme anti-pollution draconienne, les constructeurs sont obligés d’investir massivement dans les nouvelles technologies afin d’abaisser leur taux d’émissions polluantes, et d’éviter une amende conséquente en fin d’année. Hyundai est certainement l’une des marques les plus en avance dans la conception de véhicule électrique, le constructeur coréen misant même sur l’hydrogène et la pile à combustible à long terme. Pour éclairer au maximum le lecteur, nous avons décidé de comparer deux modèles de la gamme, Kona contre Kona, électrique contre essence. On va se pencher, sur les consommations, les performances, la praticité du véhicule et les coûts d’entretien.

A notre gauche, le révolutionnaire Kona EV développant la bagatelle de 204 ch et embarquant une énorme batterie de 64 kWh. Le véhicule est plutôt compact avec ses 4.18m de long, et le coffre cube 332 litres, soit seulement 29 litres de moins que son frère thermique. Cette plate-forme est donc parfaitement adaptée à une motorisation électrique. Attention, il faudra faire avec un poids en hausse de 350kg. Heureusement, cette masse se trouve en grande partie dans le plancher, ce qui ne déséquilibre pas le comportement routier. Côté accélérations, avec seulement 7.6 s de 0 à 100 km/h, elle n’aura aucun mal à concurrencer bien des GTi. Le Kona 1.0T-GDi 3 cylindres à injection directe d’essence que nous lui opposons, est beaucoup plus sage, avec son moteur de 120 ch. Avec un 0 à 100 km/h avalé en 12.0 s, nous ne sommes plus tout à fait dans le même monde. Il se montre vaillant pour un crossover, mais il mise surtout sur sa souplesse d’utilisation.

Mais intéressons-nous à présent aux coûts d’achat et d’utilisation de ces deux véhicules. L’électrique demande un investissement de départ conséquent, et sa cible principale reste les entreprises grâce à ses nombreux avantages fiscaux. Et pourtant, malgré les 44 175 € TTC (6000 € de bonus déduit) demandés à l’achat, il n’est pas dénué d’intérêt pour le particulier. La batterie 64 kWh de notre modèle d’essai permet une autonomie vérifiée de 463 km, soit une consommation moyenne de 13.8 kWh au 100 km, ce qui donne un coût d’achat d’électricité d’environ 2.01 € au 100 km. Bien sûr, l’achat de ce Kona EV demande une indispensable wall-box de niveau 2 pour réduire le temps de charge (9h35). Cela implique d’être propriétaire d’une maison individuel, ou d’un appartement avec garage privatif et prise de courant.

Le modèle thermique est bien sûr plus simple d’utilisation, avec juste un passage à la pompe et son tarif s’élève à 29 350 € TTC dans sa configuration Série Spéciale (à peu près égale au Kona Electric). Nous allons prendre le tarif essence de septembre à 1.44 €/litre. Le 1.0 T-GDi consomme en moyenne un bon 8.5 L au 100 km sur les routes Réunionnaises. Cela donne donc un coût de 12.24 € au 100 km. L’autonomie approche les 590 km. Bien évidemment, on rajoute les frais d’entretien qui s’élève à 370.12 € en moyenne tous les 15 000 km pour le Kona essence, contre 161.51 € pour le Kona Electrique.

Après un calcul mathématique digne du collège, on déduit un coût de kilométrique de 0.1471 € pour la version thermique et 0.0310 € pour le modèle électrique, soit une différence de 0.1161 € au km. La différence de tarif des deux véhicules étant de 14 825 €, cela veut dire que vous amortirez l’investissement de l’électrique après 127 690 km. Cela peut paraître énorme, mais n’oublions pas l’écart en performances, qui est conséquent. Nous sommes aller donc plus loin dans notre raisonnement en le comparant au Kona 1.6 Turbo essence de 177 ch au tarif de 33 788 €, correspondant un peu plus aux prestations du Kona Electric. Cela nous donne un amortissement plus rapide sur 79 593 km. Bref, l’électrique et l’objectif zéro émission, demande encore un effort financier conséquent pour profiter de tous ses bienfaits.

LES PLUS ELECTRIC :
• Performances largement supérieures
• Equipements haut de gamme de série
• Consommation nulle
• Frais d’entretien ridicule

LES MOINS ELECTRIC :
• Investissement conséquent
• Prise de courant et Wall-Box obligatoires
• Temps de charge

Rédigé le Mercredi 25 Septembre 2019 à 10:46 | Lu 147 fois


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 4 Décembre 2019 - 07:00 MARC MARQUEZ

Mercredi 27 Novembre 2019 - 07:00 BMW SERIE 1 118i 140ch M-Edition Type F40