Menu
News


Harcèlement sexuel: Donald Trump accusé de comportements déplacés par trois femmes



Rédigé le Mardi 12 Décembre 2017 à 09:57 | Lu 224 fois

Harcèlement sexuel: Donald Trump accusé de comportements déplacés par trois femmes
Trois femmes qui avaient déjà accusé Donald Trump de comportement sexuel inapproprié l'année dernière ont demandé lundi au Congès d'ouvrir une enquête sur les agissements du président, deux d'entre elles ayant notamment assuré avoir été victimes d'agression sexuelle de sa part.

Rachel Crooks était réceptionniste dans la tour Donald Trump et raconte qu’il l’a embrassé sur la bouche devant les ascenseurs. Elle s’est tue longtemps, mais aujourd’hui elle demande des comptes et l’ouverture d’une enquête au Congrès.

« Je veux croire qu’en tant qu’Américains, nous pouvons mettre nos inclinaisons politiques de côté et admettre que certaines choses transcendent la politique. Que les mêmes standards doivent s’appliquer à Donald Trump, Harvey Weinstein et à tous les hommes qui ont été accusés d’avoir eu une attitude répréhensible. Donc je demande au Congrès de mettre de côté son affiliation politique et d’enquêter sur les écarts de conduite de Mr Trump. »

Jessica Leeds, une septuagénaire, a pour sa part accusé l'homme d'affaires de l'avoir touchée sans son consentement dans un avion dans les années 70. "Il avait ses mains partout, il m'embrassait et me touchait", a-t-elle témoigné.

Elle a expliqué l'avoir recroisé trois ans plus tard. Donald Trump l'aurait alors traitée de "cunt", un terme particulièrement insultant pour les femmes.

Samantha Holvey, qui avait participé au concours de beauté Miss USA du magnat de l'immobilier, a pour sa part raconté que Donald Trump, qui avait rencontré les participantes dans les coulisses, les avaient dévisagées de manière particulièrement concupiscente, comme si elles étaient "un morceau de viande". "Je me suis sentie vraiment choquée, salie par ce qui s'était passé", continue-t-elle. "Ce n'est pas ce à quoi j'avais accepté de participer."

Elles s'exprimaient lundi dans "Today", l'émission matinale de la chaîne NBC animée par Megyn Kelly. Les trois femmes se sont retrouvées pour la première fois sur ce plateau télévisé. Elles avaient déjà séparément pris la parole l'année dernière lors de la campagne présidentielle et ont décidé de témoigner dans la vague du mouvement #MeToo, créé après l'affaire Weinstein par des femmes pour dénoncer le harcèlement et les abus sexuels dont elles sont victimes.

Lors de la conférence de presse à New York, l'une d'elles a notamment exprimé son souhait que le président soit "tenu responsable comme l'a été Harvey Weinstein".

Selon les correspondants de la presse américaine à Washington, un porte-parole de la Maison Blanche a ainsi démenti au moment même de la diffusion de l'émission. "Ce sont des accusation fausses, contestées dans la plupart des cas par des témoins directs et dont on a déjà parlé l'an dernier durant la campagne présidentielle." Et d'ajouter que "le timing et l'absurdité de ces fausses déclarations, ainsi que l'écho et l'ampleur qu'elles prennent, montrent bien qu'elles sont motivées politiquement."




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Octobre 2022 - 16:10 Fête des diplômés de l'IRTS de la Réunion


Nouveau commentaire :