Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

JF Gang : « J’ai recommencé à faire de la musique pour moi »


Il nous revient… Avec son nouvel opus, Mon rêve est rance sorti le 30 août, mais aussi avec un nouveau lien à la musique qui s’est forgé au fil du temps et grâce auquel il nous emporte, nous parle d’amour et de son île. Rencontre avec JF Gang.


Vous êtes dans le milieu musical depuis de nombreuses années maintenant, quelle place occupe la musique dans votre vie aujourdʼhui ?
« Il y a un ordre de priorité je dirais. La musique est toujours là, pleinement là mais je suis énormément avec ma famille. J’en fais quand j’ai du temps, j’ai d’ailleurs une salle de musique à la maison, mais j’ai déplacé ma guitare et mon piano dans le salon pour en faire auprès de mes proches. La musique me permet de réaliser que j’ai la chance d’avoir tout ça autour de moi, aussi d’aborder mes doutes, mes peurs, de me questionner. »

Avez-vous les mêmes infl uences quʼavant pour créer ?
« Forcément j’ai été sous beaucoup d’influences, d’artistes de référence comme Steevie Wonder, Marley, Aznavour et j’ai grandit avec ma mamie sur Mike Brant. Et pour moi, la référence en artiste Réunionnais, Bernard Joron, en World Musique, il est capable de faire tout et j’aime ça. Mais je me suis rendu compte que si j’aime certains artistes c’est parce qu’ils ne changent pas pour plaire, ils font leur musique. Pendant une période j’en faisais pour que les gens écoutent, qu’ils accrochent. J’ai donc arrêté et maintenant je fais ma musique, sans forcément chercher à plaire à tout le monde. Cependant j’écoute toujours énormément de tout, même les nouveaux artistes qui arrivent, avec une oreille curieuse. »

Vous avez quitté La Réunion, pour fi nalement revenir, quʼest-ce-que vous a apporté cette expérience sur le plan musical ?
« J’ai quitté La Réunion en 2016 avec ma famille, et on est revenu l’année dernière. On était à Rennes, c’était top. Sur le plan personnel, on a pu consolider cette force familiale et ça a beaucoup apporté à mes enfants, pour qui c’était plutôt difficile, mais ça leur a apporté une certaine ouverture et permis de travailler l’ancrage. La Réunion leur a beaucoup manqué, ils sont encore plus fiers de leur culture qu’avant. D’un point de vue musical, ça m’a permis de reparler amoureusement de mon pays, d’ailleurs j’ai un morceau sur mon nouvel album qui parle exclusivement d’un amour pour La Réunion, de la terre, de ce que c’est. J’avais envie de me donner la force de faire ça. L’éloignement ça m’a donné un album très intime qui ressemble à mon premier album Roots. »

Comment avez-vous préparé ce nouvel opus ?
« J’ai donc commencé à travailler l’album là-bas, j’en avais besoin. Ça n’était pas facile tous les jours, mais j’avais la musique. Je me suis mis à composer et ça m’a aidé. J’avais des chansons que j’avais écrites il y a un moment et qui n’avaient pas plût au label avec lequel je travaillais avant, mais qui sont de belles oeuvres pour moi. Je n’avais pas envie de les laisser dans un tiroir, alors je les ai retravaillées pour les sortir. Je suis content de cet album, c’est le plus proche de ce que je suis, j’ai recommencé à faire de la musique pour moi, mais avec l’expérience que j’ai acquise ces dernières années. »

De quoi parle-t-il ?
« Ça parle de l’amour en général, l’amour de la terre, de la mère, du père, aussi notre façon de nous cacher des réalités qui existent autour de nous. Même de l’amour propre, de nos besoins essentiels. »

De qui vous êtes-vous entouré pour travailler ?
« Jean François Legros à la batterie, Laurent Chapelain et Christian Ducap à la guitare, Jérémy Lapra à la basse, Jérome Calciné aux percussions, Alain Chan au saxophone, et pour les choeurs Emilie Rivière et David Rechouze. Pour le mixage JP Lauret à La Réunion, Antoine Pinçon à Rennes et Battery entertainment à Paris. Le Mastering est fait par JP Lauret LSpro Audio. J’ai arrêté de travailler seul, avec le temps je me suis rendu compte que si j’ai un bon entourage je peux faire un gayar zafèr alors je me suis fais plaisir. Il ne sera disponible à la vente qu’en version physique car je refuse d’être sur les plateformes de téléchargement, je suis fortement contre ça. Je préfère rendre disponible gratuitement sur Youtube que sur une plateforme qui rémunère de manière dérisoire l’artiste. »

Des dates de concert de prévues ?
« Oui je serais le 18 octobre prochain à 20H à Vladimir Canter, avec un beau concert de prévu. Aussi dans les Fnac de l’île ; le 09 octobre à celle de Sainte-Marie à 16H, le 12 novembre à la Fnac du Port à 16H et le 07 décembre à celle de Saint-Pierre à 16H.

Votre mot pour la fin
« Merci à Télémag+ qui me suit depuis les débuts, chapeau à toute l’équipe. J’embrasse aussi tous mes fans, j’espère qu’ils vont venir partager la musique avec moi. »

 
Émilie GRONDIN

Rédigé le Mardi 10 Septembre 2019 à 00:48 | Lu 246 fois


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Septembre 2019 - 02:51 Comment financer son permis de conduire ?


Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter