Menu
A La UNE


JOHANNE VÉLIA : “Valoriser les femmes, pour moi, c’est une belle mission”


Après plus d’un an et demi d’absence, Johanne Vélia reprend le chemin du petit écran et pour son retour, elle a choisi de se confier à Télémag+. Et une chose est sûre, le temps n’a pas entamé la bonne humeur et le naturel de celle qui est toujours aussi “ronde et pétillante” !


Rédigé le Mardi 22 Août 2017 à 06:00 | Lu 403 fois

Cela fait un moment que l’on ne vous a pas vue au petit écran. Que faisiez-vous ?
Je suis devenue mère ! C’était très important pour moi de me consacrer à ma fille. Cette maternité était totalement nouvelle et j’ai eu un super coach que je remercie : ma maman, qui m’a beaucoup aidée depuis l’arrivée de ma fille… J’ai également pris du temps pour ma carrière de chargée de communication, mon vrai métier. Et je me suis aussi un peu posée afin de voir ce que j’avais envie de faire tout en restant attentive à ce qui se faisait à la télé.
 
Malgré votre absence, vous restez appréciée du public...
Quand les gens me reconnaissent et me parlent, quel que soit le lieu, je souris et rigole beaucoup, je suis très positive et prends des nouvelles de leur famille alors que je ne les connais pas. C’est toujours un contact très humain et amical. Ils se rendent compte que je suis dans la vie comme à la télé… sauf peut-être au niveau maquillage et coiffure ! (rires). Je reste moi. C’est d’ailleurs les échanges avec mon public qui m’ont donné très envie de revenir, même s’il n’a jamais été question d’abandonner la télé.
 
Vous revenez de nouveau avec “Ronde et pétillante” en septembre sur Télé Kréol, l’émission a-t-elle évolué depuis la dernière saison ?
Pour moi c’était tout à fait normal de revenir avec “Ronde et pétillante”. C’est mon émission emblématique, la préférée des Réunionnais parmi toutes celles que j’ai faites... On garde les recettes qui fonctionnent avec de bonnes adresses, des bons plans, de belles rencontres, mais on va aussi mettre en avant des femmes qui réussissent, des “super women” qui ont du talent dans différents domaines. Car aujourd’hui je me rends bien compte que gérer une carrière, être maman et être femme, ça demande beaucoup d’organisation et un super pouvoir.

La société a longtemps encensé la femme svelte mais aujourd’hui on assiste à une mise en avant plus importante de la femme “en chair”. Qu’en pensez-vous ?
Il y a une sorte de pression médiatique assez pénible sur la femme qu’on ne retrouve pas chez l’homme, et c’est vrai dans tout ce qu’on entend : trop ronde, trop négligée, pas assez de régimes, sport intensif… Je trouve donc qu’aujourd’hui, la femme doit être encore plus forte et savoir se dire : “je m’aime, je m’accepte, je prends soin de moi et je m’améliore pour moi, pas forcément pour les autres” pour trouver sa propre identité. Je dirais même que c’est bien si on ne correspond pas aux stéréotypes, parce qu’on n’est pas des moutons de Panurge. Il faut être soi, c’est ça le plus important : être unique, s’aimer, s’accepter et le faire reconnaître.
 
Vous semblez à l’aise avec votre corps et dans votre vie, mais ce n’est pas le cas de toutes les femmes. Qu’aimeriez-vous leur dire pour qu’elles s’assument davantage ?
Ce n’est pas facile de s’accepter, c’est un vrai travail à faire. Quand on s’accepte, c’est beaucoup plus facile. Mais j’avoue que ce n’est pas toujours facile pour moi, il y a aussi des domaines dans lesquels je galère, on a toutes besoin d’aide.
Et c’est marrant, les femmes qui disent qu’elles ne se sentent pas bien dans leur peau sont souvent beaucoup plus minces que moi, beaucoup plus jolies… j’ai l’impression qu’on nous impose des standards et que si on n’y répond pas, on ne doit pas se sentir bien. Moi je refuse qu’on m’impose les choses. Les combats que mènent les féministes et des grandes femmes comme Huguette Bello montrent bien que la femme est ce qu’elle est : elle est puissante, elle doit s’accepter et c’est elle qui va réussir à révolutionner le monde. Mais il est hors de question qu’on lui impose des diktats. J’ai déjà rencontré des femmes qui m’ont dit qu’elles aussi étaient “rondes et pétillantes” en faisant une taille 40. Je trouve ça assez marrant car je voudrais quand même dire que je fais du 50 ! (rires) Mais je suis contente que les femmes se trouvent pétillantes en 40, d’avoir aidé certaines à s’accepter. Et j’ai croisé aussi beaucoup d’hommes qui m’ont aussi dit qu’ils aimaient bien les femmes rondes, pas pour me draguer (rires), mais parce que leurs épouses l’étaient et c’est tant mieux ! Quand tu te sens bien ta peau, l’univers entier se met avec toi pour que les choses se passent bien.

Suite de l'interview de Johanne Vélia dans le Télémag+ 238 du 22 août 2017 



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Décembre 2022 - 07:02 Gérard Jugnot – Le Petit Piaf


Nouveau commentaire :