Menu
News


Julianna Margulies accuse Steven Seagal et Harvey Weinstein d'harcèlement sexuel



Rédigé le Mardi 7 Novembre 2017 à 08:40 | Lu 225 fois

Julianna Margulies accuse Steven Seagal et Harvey Weinstein d'harcèlement sexuel
Connue du grand public pour ses rôles dans les séries Urgences et The Good Wife, Julianna Margulies a ajouté sa voix à celles des nombreuses autres femmes ayant été victimes des agissements de prédateurs sexuels à Hollywood, révélant avoir été approchée de façon très inappropriée par le passé. Dans une inter­view accor­dée à la radio améri­caine Sirius XM, l'actrice accuse Steven Seagal et Harvey Wein­stein de harcè­le­ment sexuel.

Âgée de 23 ans au moment des faits, l'actrice a été invi­tée à se rendre au domi­cile de Steven Seagal en pleine nuit. « Une direc­trice de casting m'a dit : 'Steven Seagal veut que tu viennes lire cette scène dans sa chambre d'hôtel à 22 heures.' J'ai dit que je ne faisais pas ça, que je n'avais pas d'argent pour le taxi. Et elle m'a répondu : 'ne t'inquiète pas, on te rembour­sera et je serai là.'»

"Je suis allée au rendez-vous à 22h40 et elle n'était pas présente. Il était là. Seul. Et il s'est assuré que je voie bien son pistolet, ce que je n'avais jamais vu en vrai. Je suis sortie de là indemne... Je n'ai jamais été violée. Et je n'ai jamais été blessée. Je ne sais pas comment j'ai fait pour sortir de cette chambre d'hôtel. J'ai en quelque sorte hurlé jusqu'à la sortie", a-t-elle expliqué.

Elle a aussi raconté sa rencontre avec le produc­teur Harvey Wein­stein, qui avait tenté de la piéger de la même manière qu’il l’a fait avec tant d’autres femmes. En 1996, alors qu’elle tournait la troisième saison de la série "Urgences", le producteur lui avait donné rendez-vous dans sa chambre d'hôtel. Sentant le danger après l'épisode impliquant Steven Seagal, l'actrice s'y rend accom­pa­gnée.  

Wein­stein a ouvert la porte en peignoir. Je pouvais voir qu'il y avait des bougies dans la chambre, et un dîner pour deux. Et je l'ai vu lancer un regard noir à l'assis­tante. (…) Wein­stein avait l'air furieux. Il m'a dit qu'il voulait juste me souhaite bonne chance pour l'audi­tion et a claqué la porte. Evidem­ment, je n'ai pas eu le rôle." 

 



Nouveau commentaire :