Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Kavidaï


A l’occasion du bicentenaire de la naissance de Leconte de Lisle, Oumarani CANNANE propose un spectacle de danse classique indienne, style Bharata Natyam, portant sur une sélection de poèmes hindous de Leconte de Lisle dans la version présentée par Soucé Antoine PITCHAYA aux éditions SHAM’S.

Ce projet unique en son genre associe la narration des poèmes hindous au Bharata Natyam et à la musique carnatique (musique classique de l’Inde du Sud), ce qui l’inscrit pleinement dans le patrimoine culturel de l’île et reflète profondément l’identité réunionnaise.


Pouvez-vous vous présenter ? Formation, profession…
Je suis enseignante en Bharata Natyam depuis 17 ans au CRR de La Réunionoù je forme mes élèves dès l’âge de 7 ans jusqu’à l’obtention de leur diplôme. En parallèle, j’ai poursuivi mes études et obtenu un Master de lettres et Civilisations Etrangères option Anglais à l’Université de La Réunion. Je suis mariée et mère de 2 garçons âgés de 14 et 17 ans et je répartis mon temps de manière équilibrée entre ma vie de famille, professionnelle et artistique. Entre mon mari Eric MARTIN, saxophoniste et mes fils élèves saxophonistes et danseurs de Bharata Natyam, toute la famille baigne dans l’art et participe activement aux différents projets.

Parlez-nous de votre parcours, qu’est-ce qui vous a amené à faire de la danse, quand avez-vous commencé ?
Née de parents d’origine indienne , je fus initiée à la danse classique indienne du style Bharta Natyam dès l’âge de 5 ans par un grand Maitre d’art en chorégraphie Sri Kalyana Soundaram Pilllai. D’éminents professeurs de Kalakshetra de Chennai m’ont formé dans le respect de la tradition indienne. Je me suis régulièrement produite lors de différents événements culturels et télévisés à La Réunion.Depuis 1995, à travers mes propres créations en collaboration avec des artistes indiens, ma carrière professionnelle a démarré.

Kavidaï est ma onzième création. La danse indienne, ça signifie quoi pour vous ?
Le Bharata Natyam a été crée à l’origine pour honorer les dieux et pour emmener le danseur et le spectateur vers une pensée religieuse , sous la forme d’une prière ou l’interprétation d’une histoire extraite de la mythologie. C’est en cela que cette danse m’offre un accès réel à la spiritualité. Danser est pour moi un havre de paix qui me permet de rester dans un équilibre émotionnel connecté au divin. Je remercie chaque jour l’Univers et mon défunt père de m’avoir donné la chance d’apprendre cet art sublime et de pouvoir continuer à perpétuer cette passion envers et contre tout. Faire des créations et transmettre cette discipline à la jeunesse réunionnaise est la grâce du ciel qui contribue à mon épanouissement personnel.

Vous vous êtes déjà produite à Pondichéry, qu’est-ce que vous retenez de cette expérience ?
Oui, je me suis déjà produite à Pondichéry, la ville d’origine de mes parents et aussi là où est resté toute ma famille. Ce sont des émotions différentes en présence de la famille mais aussi du public indien et français (Pondichéry étant un ancien comptoir français). Les retours de ceux-ci résonnent en moi d’une manière différente vis-à-vis de mon indianité.

Présentez-nous votre spectacle, pourquoi avoir fait le choix d’adapter les poèmes de Leconte de Lisle ?
Il y a 14 ans, j’ai assisté avec mon père à une conférence sur les poèmes hindous de Leconte Delisle tenue par Sham’s et Soucè Antoine Pitchaya. J’ai été immédiatement touchée par ces poèmes et l’idée m’est venue d’en faire une création. Il a fallu l’occasion particulière du bicentenaire de la naissance du poète, pour que je la mène à son terme. Après un premier voyage de préparation en Inde avec mon mari, autour de la composition musicale et chorégraphique en collaboration avec des amis artistes indiens, nous avons transmis les thèmes musicaux et les arrangements aux musiciens de Kavidaï, Indiren VALAYODAPILLAI au Sitar, Niruvan VALAYODA PILLAI au tabla ainsi qu’à Sham’s notre récitant. A partir de ce moment-là, nous avons entamer notre travail d’harmonisation entre la danse, la musique et la narration.

Poèmes, musique et danse, pourquoi ses 3 disciplines ?
Personnellement, j’ai toujours eu une sensibilité littéraire accrue et dans la conception de mon art, la musique est intimement liée à la danse. Aussi quoi de plus naturel que de les réunir pour en exacerber la dimension artistique, et faire revivre ces poèmes d’une autre manière, tel un film qui se déroulerait sous nos yeux.

Un mot pour inviter les lecteurs de Télémag+ à venir découvrir votre univers ?
Pour les amoureux de la poésie, c’est une autre façon de redécouvrir les poèmes de Leconte DeLisle. Pour les passionnés de Bharata Natyam, c’est une manière originale de revisiter cette danse ancestrale. Pour les mélomanes , c’est une voie d’accès à la musique carnatique à travers le saxophone et les instruments traditionnels. Pour les néophytes, cela permet une compréhension immédiate de la codification de cette danse. Grâce à ses aspects artistiques multiples, l’univers que nous proposons diffuse une énergie qui permet d’accéder à une autre dimension.

Rédigé le Lundi 7 Octobre 2019 à 23:40 | Lu 462 fois


Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter