Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

L’infatigable : Père Pedro


À l’occasion de la 7ème édition du Festival Liberté Métisse qui s’est déroulée à l’Étang-Salé, le Père Pedro était de passage dans l’île. Télémag+ est allé à sa rencontre.



Vous êtes l’un des invités du Festival Liberté Métisse. Comment s’est déroulée votre conférence ?

Très bien. D’abord, je me suis présenté. Qui je suis, d’où je viens, quel est mon parcours. Je leur ai expliqué les raisons de mon engagement pour la belle île de Madagascar qui a, depuis des dizaines d’années, des problèmes économiques très graves.

Justement, comment êtes-vous tombé amoureux de Madagascar ? 

Je suis allé à Madagascar parce qu’il y avait un besoin. Je suis devenu bénévole pour partager cette fraternité qui m’habite. Cela fait aujourd’hui 46 ans que je suis à Madagascar, c’est toute une vie. Le peuple de Madagascar m’a accepté comme frère, comme ami. Ils disent que je fais partie de leur histoire et je leur dis merci. Je suis entouré de centaines de jeunes Malgaches avec lesquels nous travaillons pour réduire la misère, chaque jour.

Tout un peuple vous suit…

J’ai réveillé en eux la confiance. Cette confiance est plus importante que l’argent. L’argent est seulement un moyen. Je défie les grandes institutions partout dans le monde au nom de l’humanité. Je voyage trois mois par an et le reste du temps je suis à Madagascar parce que je ne peux pas me couper de ma source. Je me dois d’aider les Malgaches pour leur avenir.

Êtes-vous optimiste quant à l’avenir de Madagascar ?

Je ne pense pas que les choses vont changer d’ici demain, mais on continue de lutter. Depuis qu’on a créé Akamasoa qui est un mouvement de solidarité depuis 28 ans, notre travail est beaucoup plus efficace car nous sommes passés du discours à l’action. On privilégie l’action car les pauvres étaient fatigués d’entendre de belles promesses, ils veulent se sentir acteur de leur propre vie. Et nous leur avons donné cette possibilité. Akamasao est une ville créée de toute pièce qui reçoit 25 000 personnes au bord de la capitale. Je suis fier que mes frères et sœurs soient debout.

Quel est votre moteur dans la vie ?

L’amour que je prie dans les évangiles, que je prie dans la vie de Jésus. Un homme qui m’a précédé et qui a donné sa vie pour ses frères, qui a lutté pour la dignité humaine. Cet homme est mon exemple et j’essaie de l’imiter le mieux possible. Être ouvert, tolérant, faire bouger les lignes car on a tant de préjugés. Nous devons lutter contre toutes les inégalités qui se sont dressées entre toutes les nations.

Lorsqu’on sonde les Réunionnais à votre sujet, plusieurs messages de sympathie sont formulés. Comment décririez-vous votre relation avec eux ?

Je fais un peu partie de la famille. Je sens une grande proximité. Et tous ces témoignages que je reçois à La Réunion, c’est un encouragement pour notre association et pour moi-même.

Rédigé le Mercredi 28 Décembre 2016 à 09:17 | Lu 8 fois


Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter