Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

LUCIE IGNACE ET FLORENT KAOUACHI, nous parlent d’amour


Sportifs de haut niveau, aux palmarès impressionnants dans leur discipline respective, Lucie Ignace et Florent Kaouachi se sont bien trouvés. Forces tranquilles, ils se complètent et le moins que l’on puisse dire c’est que cela se ressent. Pour vous, ils se livrent… en toute intimité.


Racontez-nous votre rencontre
Lucie : On s’est rencontrés lors d’une journée sportive à Saint-Leu, où j’étais invitée par un club de karaté et lui était de passage – Saint-Leu étant sa ville d’origine. Je signais des autographes pour des enfants et il m’a abordé, sur le ton de la rigolade, en m’en demandant un aussi. Quelques mois plus tard on s’est écrit et on a commencé à discuter via les réseaux sociaux. On ne se connaissait pas du tout, je me suis un peu renseignée, car on avait des amis en commun. On a fini par se voir, aller au restaurant et ça a marché.
Florent : Je lui ai envoyé un message sur les réseaux sociaux, en lui disant que c’est bien ce qu’elle fait et que c’est une très jolie fille. Ça a commencé comme ça. On a pris le temps, on a appris à se connaître, sans précipiter les choses.

Vous parlez sport à la maison ?
Lucie : Beaucoup ! Tous les jours, surtout sport de combat. On va souvent à des événements sportifs, galas de boxe. On parle beaucoup des combats des autres aussi. Je lui demande tout le temps si pour lui ça s’est bien passé et si je me suis entrainée il me le demande aussi.
Florent : Je m’entraine tous les jours alors on est obligé d’en parler. Après moi je suis plus sport de combat mais Lucie elle aime tous les sports, elle regarde tout !

Quels sont les avantages d’être un couple de sportif ?
Florent : Quand je suis au régime, je ne parle pas trop. Quand je m’entraine de façon intensive, soit deux ou trois fois par jour et bien elle sait que je ne suis pas dans mon état à discuter ou à sortir. Quelqu’un qui ne connaît pas ce milieu là, ne comprendrait pas pourquoi je me renferme. Je me mets dans ma bulle parce que lors d’un combat on risque sa vie, on doit faire honneur à notre entourage et ça n’est pas une partie de rigolade. Alors Lucie, elle, comprend mon état d’esprit, c’est vraiment un avantage.

Il y a une grande différence entre le karaté et la boxe. Lucie, comment vous sentez-vous quand Florent combat ?
Lucie : Oui, le karaté est complètement différent de la boxe, il y a moins de risque, pas de KO, pas de grosses blessures comme ça peut se passer à la boxe. Je ne connaissais pas la discipline avant de connaître Florent. Je m’étais toujours dis que je ne me mettrais jamais avec un boxeur d’ailleurs car c’est trop dangereux et je suis tombée sur lui. J’ai donc appris à connaître ce sport, mais c’est vrai que c’est difficile. Quand il combat on ne sait pas comment ça va finir, je suis vraiment très inquiète mais je ne lui montre pas, pour ne pas lui mettre une pression supplémentaire. C’est ça qui est compliqué pour moi, mais j’arrive à gérer je pense. Enfin, je lui dis après ! Quand je l’appelle après ses combats, je pleure et il ne comprend pas ! Mais je sais que c’est sa passion alors je l’encourage.
Florent : Oui, à mon dernier combat, elle m’a appelé après, elle pleurait et je ne comprenais pas parce que je n’ai pas vu ce qui s’était passé. C’est un sport difficile à regarder, ma mère, je sais qu’elle n’a jamais regardé un de mes combats, mon père pendant une semaine il ne parle pas. Il dit qu’il ne regarde pas mes combats mais je sais qu’il le fait en fait.

Mise à part le sport, qu’est-ce-qui fait la force de votre couple ?
Florent : On est dans les mêmes délires, on pense les mêmes choses, on a les mêmes envies. On aime le calme, on aime rester à la maison tranquillement et regarder la télé jusqu’à 6 heures d’affilée… Ça nous va très bien.
Lucie : On rigole bien ensemble, on a les mêmes traits de caractère. En fait, dans la foule on se sent parfois un peu oppressés et observés. Les gens ne le font pas exprès et on comprend, mais ça n’est pas toujours évident, bien que ce soit un plaisir et que l’on fait parfois de belles rencontres.

Ce que l’autre vous a appris…
Lucie : Il m’a appris à faire moins attention à ce que pensent les gens. J’y attachais beaucoup d’importance et tout me touchait. Il m’a appris à être moi-même, à être plus naturelle et à ne plus me cacher derrière un masque pour plaire aux gens. Il m’a appris à prendre du temps pour moi et prendre soin de moi. Avant, je ne vivais que pour le sport, les régimes, et je ne faisais pas attention à mon hygiène de vie. Je ne voulais que la performance, quitte à me casser quelque chose. Florent m’a appris à lever le pied et à être plus à l’écoute de mon corps. Et j’ai aussi appris à m’occuper de notre chien !
Florent : Elle m’a appris à changer de style vestimentaire ! Avant je savais m’habiller mais je ne pensais qu’à la boxe. Elle m’a appris plein de petites choses de la vie, à être plus calme, plus posé. Je pensais beaucoup à la boxe, je n’arrivais pas à décrocher, je n’avais pas de limites, mais j’ai appris à faire la part des choses, donner du temps à tout le monde qui m’entoure.

Sa plus belle qualité…
Lucie : Florent est quelqu’un de respectueux et humble.
Florent : Sa joie de vivre et le fait qu’elle soit entière.

Son défaut qui vous fait craquer…
Lucie : Il est râleur pendant ses périodes de préparations, tout l’énerve, il veut juste s’entrainer et combattre et moi ça me fait rire.
Florent : Quand elle a quelque chose en tête tu ne peux pas lui retirer… Si elle a prévu de manger une pizza ce soir, tu n’as pas intérêt à changer de plan !

Son dernier cadeau pour vous…
Lucie : Un diner romantique avec demande en mariage et un sac à main
Florent : Un twix ! Et des écouteurs sans fils pour quand je m’entraine. On se fait beaucoup de petits cadeaux, de petites attentions.

Et cette demande en mariage, donnez-nous quelques détails
Lucie : On en parlait déjà un peu, c’était dans nos projets, mais avec nos emplois du temps c’était un peu compliqué. Il a donc voulu me faire la surprise, quoiqu’il ait fait une gaffe ! Il m’a envoyé un message qui ne m’était pas destiné. C’était « Est-ce que si je lui dis veux-tu m’épouser, c’est bon ? » mais il a effacé ! C’était donc au Lux*, un mercredi, il m’a fait croire qu’on avait un diner de fin d’année d’un de ses sponsors. Quand on est arrivé, je trouvais bizarre qu’il n’y ait personne. On est arrivé sur la plage, il y avait notre table, des pétales partout, la carte c’était tous les plats que j’aime. Il a dit que c’était pour mon anniversaire.
Florent : C’était écrit sous le gâteau en fait, le problème c’est qu’elle ne le mangeait pas, elle grignotait que le dessus ! Moi je lui ai dit, pousse un peu le gâteau, si ça se trouve c’est écrit quelque chose dessous !
Lucie : Oui, moi j’étais bien, je prenais mon temps ! Quand le serveur emmène le gâteau c’est écrit Lucie, donc moi je commençais à prendre des photos. Et quand je l’ai poussé, j’ai vu que c’était écris « Veux-tu… », je l’ai regardé, il m’a fait sa demande. C’était plus beau que je n’aurais pu l’espérer.

Quels sont vos projets ?
Lucie : Florent prépare un gros championnat du monde au mois de mai, je me sens concernée par sa préparation, parce que je sais ce que personne ne sait. Il se confie à moi.
Florent : Le championnat est prévu en mai ici à la Réunion. Je dois être contacté en mars pour aller boxer dans une des plus grosses organisations mondiales avec qui je suis en contrat pour 2 ans.
Lucie : Je suis en train de me poser professionnellement, pour être sûre de faire ce que j’aime. Je suis un peu plus tranquille aussi maintenant, je peux mieux travailler. Pas de projets bébé pour le moment, je le précise car les gens ont pensé que j’avais arrêté pour faire un bébé mais non, ça ne sera pas pour maintenant. Il y a des choses qui sont très simples mais que je n’ai jamais pu faire comme aller boire un verre après le travail. J’ai eu une vie difficile où je m’entrainais 3 fois par jour et avec les régimes, la santé en a pris un coup, c’est l’envers du décor. Maintenant, je suis contente d’être un peu plus à la maison, de voir plus mes parents et nos familles, de pouvoir emmener Florent à ses entrainements. Ça n’a l’air de rien mais pour moi c’est beaucoup. On prépare aussi le mariage pour la fin de l’année. On a envie de voyager, de prendre soin de nous et profiter de la vie.

Rédigé le Lundi 11 Février 2019 à 17:42 | Lu 719 fois


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter