Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Le Grand Raid 2019


L’association Grand Raid organise cette année la 27ème édition de la course la plus célèbre au monde. Du jeudi 17 octobre au dimanche 20 octobre, les traileurs vont vivre sur les sentiers de La Réunion une aventure unique grâce au président passionné Robert Chicaud, aidé de ses associés et de ses partenaires.

Télémag+ est parti à la rencontre de Robert Chicaud pour en savoir plus sur cette 27ème édition.



 

Robert Chicaud
Robert Chicaud
Depuis 1999, vous présidez à l’organisation de cette course folle, quelles sont vos motivations encore aujourd’hui ?
J’ai été compétiteur de 1993 à 1997 sur le Grand Raid mais dès 1995 j’oeuvrais aux côtés de Michel Noël en tant que vice-président, il a donc fallu faire un choix. La Réunion est une terre d’accueil de passionnés de course de montagne, les Réunionnais ont cela dans le sang, lorsqu’un Réunionnais participe au Grand Raid, toute la famille est présente sur les points de passage pour encourager et soutenir, c’est cela qui me plaît, cette fraternité et cette bienveillance.

Justement, combien de compétiteurs accueillerez-vous pour cette édition, quel est le pourcentage de femmes et d’hommes et quel âge ont les doyens de cette édition ?
Au 7 octobre, 6 775 compétiteurs étaient incrits. 2 868 sur le Grand Raid (Diagonale des Fous) dont 1 267 locaux et 1 581 venant de l’extérieur. Sur le Trail de Bourbon, ils sont 1 089 locaux et 378 extérieurs. Se sont inscrits sur la Mascareignes, 1 352 locaux et 420 ext. et la Zembrocal attend 142 équipes de 4 relayeurs. 311 compétiteurs espèrent sur la liste d’attente du Grand Raid et 420 sur la liste d’attente de la Mascareignes. Même si le trail est un sport violent, 10% de femmes et 90% d’hommes participent au Grand Raid, 16% de femmes et 84% d’hommes sur le Trail de Bourbon et sur la Mascareignes, on dénombre 22% de femmes et 78% d’hommes. Les femmes accordent beaucoup d’importance à l’esthétique et arrivent en tee-shirt propre sur la ligne d’arrivée. Pour moi, l’âge de la maturité pour le trail se situe entre 35 et 45 ans mais le Grand Raid accueille tous les passionnés à partir de 18 ans, cette année le plus âgé a 74 ans et la plus âgée 71 ans.

Comment expliquez-vous le succès du Grand Raid auprès des compétiteurs Européens et Internationaux ?
Chaque année, nous accueillons les compétiteurs et les accompagnants avec l’IRT à l’aéroport de Sainte-Marie : samoussas, boisson locale, cadeau... Ils sont 2 869 inscrits cette année, 45 nationalités seront présentes avec sur le Grand Raidune grosse présence belge qui seront 29 tout comme les suisses mais aussi 27 japonais. Nos cousins les canadiens avec qui nous conversons très aisément seront 19 , les allemands 12 et nos autres cousins mauriciens 13... La réputation du Grand Raid a fait le tour du monde car elle rassemble autour de la fraternité et d’une passion avec un désir de protéger par exemple dans les barrières horaires pour fermer les postes, dans la gestion des repas, nous veillons à ne laisser personne sans soin, ni le ventre vide. Nous nous soucions lorsqu’ils doivent passer la nuit dehors, le staff para-médical et médical y veillent sous la coordination du médecin régulateur Rémi Mamias.

Quels conseils donneriez-vous aux compétiteurs du Grand Raid et que répondez-vous aux critiques sur les dangers que représentent de cette course ?
En cas d’abandon, le dossard est la pièce qui nous permet de tracer le traileur or beaucoup abandonnent en gardant leur dossard ! Nous sommes alors dans l’inquiétude. Il est important de restituer au moins le numéro du dossard si on veut que la sécurité fonctionne et signaler son abandon dont le taux est le même chez les femmes et chez les hommes. L’objectif est de faire la plus belle et la plus dure des courses car elle est très technique avec des racines d’arbres, des galets, des dénivelés importants. C’est une course qui se mérite et les autres courses ont chacune leur spécificité. Ce n’est pas notre volonté de martyriser les gens, une année nous avons voulu réduire le parcours mais nous avons provoqué un tollé ! Pour preuve, je dois rencontrer bientôt un traileur qui a participé depuis 1989 à toutes les éditions du Grand Raid même s’il ne les a pas toutes finies. La vocation est de rapprocher les gens pour que règne l’entraide et la réussite dans cette épreuve. La fraternité n’est pas écrite mais elle existe.

Quelles sont les champions qui veulent inscrire leur nom au palmarès du Grand Raid cette année ?
Benoît Girondel a annoncé qu’il venait pour gagner cette édition, David Hauss nourrit les mêmes ambitions. Il faut toujours des locomotives, mais la philosophie du Grand Raid est de faire participer un maximum de traileurs et de prendre soin d’eux de la même manière pour tous.

Le Grand Raid 2019

Rédigé le Mardi 15 Octobre 2019 à 07:00 | Lu 168 fois


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Novembre 2019 - 00:10 DODO KEL ET FITARES


Nouveau commentaire :