Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Le cacao, nouvelle richesse de La Réunion


Pouvoir croquer dans une tablette de chocolat 100% péi sera bientôt possible. L’association Cacao Péi y travaille et a créé il y a 4 ans une filière de plantation de cacaoyers bio. Outre la prochaine commercialisation de chocolat péi, l’association veut valoriser le produit comme un atout identitaire fort, comme nous le précise l’un des fondateurs de Cacao Péi, Simon Vienne.


Quand a commencé le projet Cacao Péi ?
Le projet Cacao Péi a débuté il y a 4 ans. Il s’agissait de créer une filière cacao/chocolat bio à La Réunion.

Quelle est votre philosophie ?
Notre philosophie repose sur 3 principes. Une méthode de culture basée sur les principes de l’agroforesterie : la culture des cacaoyers est réalisée sous couvert forestier et en association avec des endémiques ; on se rapproche ainsi du modèle de culture tel qu’il était pratiqué lorsque Cortes l’a découvert en 1524 en Amazonie.
La mise en oeuvre des principes de l’économie sociale et solidaire. C’est un modèle innovant qui s’appuie sur une gouvernance et un partage des ressources à tous les niveaux de la chaîne de valeurs. Enfin, la proximité et les circuits courts : produire et consommer localement.

Quelle superficie couvre la culture du cacao à La Réunion ?
Actuellement, deux associations travaillent à la relance de la culture du cacao dans l’île. La superficie totale plantée par ces deux associations est de 10 hectares environ.

Quelles variétés réussissent bien dans lʼîle ?
La variété retenue pour la culture du cacao est la Criollo. C’est un cacao qui permet de réaliser une production vers le haut de gamme. Madagascar est déjà cotée sur le marché du cacao.

La Réunion aurait-elle les moyens de la suivre ?
Les variétés de cacao de Madagascar et de La Réunion sont très différentes. Il n’y a pas de concurrence, mais une complémentarité. Le chocolat est un produit de terroir : tous les terroirs sont différents et chaque chocolat a sa place sur les tables.

Où en est le projet dʼun «chocotourisme» avec une escale par La Réunion ?
Le circuit sera mis en oeuvre probablement en 2020-2021.

Aurons-nous le plaisir de croquer dans une tablette de chocolat 100% péi prochainement ?
Quelques tablettes sont réalisées à titre d’essai, actuellement. Pour la commercialisation, il faudra attendre au moins 2022.
 

LE CHOCOLAT COMME SÉSAME

On connaissait l’oenotourisme, ces circuits ou séjours touristiques articulés autour de découvertes de vignobles, ces fameuses routes des vins mythiques, de Bordeaux ou encore d’Afrique du Sud. En 2012, l’Alliance Francophone Internationale du Tourisme et des Voyages (AFITV) s’inspire de ce concept et décide de lancer le “ chocotourisme ”. En se basant sur la popularité croissante du chocolat et de l’intérêt grandissant sur sa fabrication et sa provenance, l’AFITV propose des séjours entièrement construits autour de la découverte d’une région et du cacao. Au programme de ces circuits pouvant être réalisés en famille, entre amis ou en amoureux : dégustation de chocolats parmi les meilleurs de la région, alliance vin et chocolat, rencontre avec des chocolatiers et pâtissiers talentueux et passionnés. Jugé sur la qualité de son chocolat, la région candidate doit aussi répondre à des critères éthiques. Ce type de tourisme doit en effet s’agencer autour de cultures respectant non seulement la biodiversité présente sur le territoire, excluant ainsi toute déforestation ou monoculture, mais aussi la population sur place, interdisant toute exploitation de personne ou mauvaises conditions de travail ou de vie.
Un des premiers séjours proposé était un circuit à la découverte de l’Ile sur la Sorgue, en Provence, et de ses chocolatiers. Il existe aujourd’hui des séjours un peu partout dans le monde : les pays incontournables de la culture du cacao comme le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Brésil, la Guyane mais aussi des contrées surprenantes comme la Finlande.
Comme nous l’a confirmé l’association Cacao Péi, qui s’est rapprochée de l’AFITV, le projet de faire de La Réunion une prochaine escale du chocotourisme est toujours d’actualité. L’objectif est de valoriser le chocolat comme un atout identitaire fort au même titre que la vanille Bourbon, le curcuma péi ou le café pointu.

Rédigé le Mardi 16 Avril 2019 à 19:00 | Lu 215 fois


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Mai 2019 - 07:00 Une fête des mères originale


Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter