Menu
News


Les sentiments des animaux


Il suffit de passer une demi-heure avec un chien pour avoir la preuve que les animaux ont des émotions car les chiens ne dissimulent pas ce qu’ils ressentent. Les scientifiques décortiquent les émotions primaires et secondaires chez les animaux, ils vont jusqu’à réaliser des études sur les mouvements des queues, des oreilles, des moustaches, du museau... I.P


Rédigé le Vendredi 13 Mars 2020 à 10:00 | Lu 41 fois

LES ANIMAUX ONT LEURS SECRETS MAIS LEURS SENTIMENTS SONT LIMPIDES
   Charles Darwin a affirmé que les émotions ont évolué chez les animaux comme chez les hommes, pour permettre aux animaux grégaires de tisser des liens sociaux plus étroits : même les animaux dénués de langage sont capables de réflexion. Darwin souligne que les différences existant entre les espèces sont plutôt dans le degré que dans la nature. Le témoignage de Suzie de Sainte-Clotilde confirme l’observation du grand scientifique : « Lorsque j’arrive chez moi après une journée d’absence, Kaï mon cane corso de 3 ans effectue une danse de joie, aboie d’une certaine façon, saute, gémit, halète. Elle me pousse avec son flanc et me parle : elle hurle un peu comme un loup mais pas longtemps et émet des grognements en remuant la queue comme une moulinette. Pour moi, c’est clair elle me parle car je lui demande si elle va bien, si elle ne s’est pas trop ennuyée… et je suis persuadée qu’elle me répond à sa manière. Souvent quand je m’approche d’elle, elle s’allonge tout de suite sur le flanc, c’est sa manière à elle de réclamer des caresses. Quand je vais au jardin, elle m’accompagne toujours, elle me suit partout ». Darwin a même écrit : « Il n’y a aucune différence fondamentale entre les facultés mentales de l’homme et celles des animaux supérieurs ».
Les sentiments des animaux

TRISTESSE, COLÈRE, JOIE, FUREUR, DISSIMULATION, DÉTRESSE
   De nombreuses histoires de chiens, de chats, d’éléphants, de dauphins sensibles à la séparation ou au deuil ont été observées mais les scientifiques s’étaient peu intéressés aux poissons rouges. Une étude révélée par le CNRS en janvier dernier a mis en évidence les sentiments qu’éprouvent les poissons face à la séparation d’un partenaire, certains sujets ont développé un stress les empêchant même jusqu’à se nourrir. Erica du Moufia a vécu cette douloureuse expérience : « Mes amis sont partis pour une semaine de vacances à Saint-Joseph et m’ont demandé de garder leurs deux superbes poissons rouges qu’ils avaient depuis plus de 3 ans dans un énorme bocal. J’ai moi-même un chien, un chat, une tortue radiata à la maison et je suis donc attentive aux animaux en général. Mais, l’expérience que j’ai vécu avec ces poissons m’a marqué, ils sont morts tous les deux en même temps dans la nuit, la veille de l’arrivée de mes amis ! Je me suis sentie coupable longtemps car je croyais avoir fauté mais lorsque j’ai pris connaissance des résultats de cette étude sur internet, je me suis dit que j’aurais dû mettre la photo de mes amis devant leur bocal ! ».



Nouveau commentaire :