Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

MARDI GRAS : Origine


Célébrée tous les ans et particulièrement appréciée par les enfants, la fête du Mardi Gras est une institution où l’on se déguise, on défile et on se délecte de gourmandises. Mais savez vous vraiment d’où vient cette tradition ?


Petit bond dans l’Histoire
Fête païenne appelée « les Calendes de mars » célébrant la fin de l’hiver et symbolisant le réveil de la nature, Mardi gras remonterait à l’époque des Romains. Il était déjà coutume de s’y déguiser. Au fil du temps, cet évènement à été christianisée, marquant le début du Carême qui débute avec le mercredi des cendres, journée introduite par le Pape Grégoire.
Cette période de quarante jours de jeune et de prières, précédant Pâques, représente les quarante années dans le désert du peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise. Elle symbolise également les quarante jours passés par le Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique.
Ainsi, avant d’entreprendre cette période de privation, la coutume est née avec ce fameux Mardi Gras, de profiter en faisant quelques excès en portant des tenues extravagantes. A l’époque, cette fête permettait surtout de s’opposer aux interdits sociaux ; les pauvres s’habillaient en riches, les riches en pauvres, les femmes en hommes et inversement.
Ce jour est également apprécié des plus gourmands car on y consomme des gaufres, des beignets et crêpes. À l’origine ces recettes sucrées permettaient surtout d’écouler les réserves de beurre et d’oeufs qui ne pourront être conservées pendant cette période de Carême. On y consommait également le « boeuf gras », dernière viande permise avant le jeûne, ou « carne levare » du latin médiéval « qui signifie retirer la viande, ce qu’on appelle aujourd’hui le Carnaval.

Le carnaval ou la prolongation des festivités
Du terme latin médiéval a découlé le mot Carnaval en français. Cette période d’amusement, qui peut durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines, démarre de l’Epiphanie et prend fin au mercredi des cendres et est née au XIe siècle avec l’essor des villes médiévales. Avec les mêmes coutumes vestimentaires et alimentaire que le Mardi Gras, c’était une occasion d’allongée cette période de festivité dans des temps difficiles. Le Carnaval s’installe à Venise plus précisément au XVe siècle et est encore considéré aujourd’hui comme le plus élégant.
À la fin du XIXe siècle, les festivités du Carnaval s’étendent au monde, notamment avec ceux de Rio de Janeiro, La Nouvelle-Orléans, et à Nice. Concernant la ville française, la plus ancienne mention du carnaval remonte à l’an 1294, mais c’est celui de 1873 qui initia le carnaval moderne dans le pays. Le carnaval du Brésil, lui, plonge ses racines dans les rythmes Africains et les jeux de l’entrudo portugais où, les participants aspergeaient les passants d’eau, de farine, ou encore de détritus. Désormais interdits, ces jeux considérés comme violents laissent place aujourd’hui à des pratiques plus joviales.
Aujourd’hui, la tradition se perpétue dans beaucoup de régions du monde qui accordent une grande importance à ce moment de folie unique en son genre. Il y a certes les plus célèbres mais également de très beaux carnavals moins médiatisés, comme ceux de Nothing Hill, Montréal, Bâle, en Suisse, Cadix en Andalousie ou Cologne en Allemagne. Là où la tradition du carnaval ne s’est pas installée, il reste encore la coutume du mardi gras de déguiser les enfants et de les faire défiler dans la rue. Tous les thèmes sont permis, la seule limite reste l’imagination.

Emilie Grondin

Rédigé le Mardi 26 Février 2019 à 07:00 | Lu 228 fois


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter