Menu
A La UNE


Marlène Chane

Un souffle d’avance


Elle court depuis 40 ans et n’est pas près de s’essouffler. Marlène Chane See Chu relève les défis sportifs avec un naturel qui pourrait en apprendre à bien des jeunes. Revenue d’Espagne où elle vient de décrocher l’or en équipe aux Masters d’Athlétisme de Malaga, elle nous livre ses secrets pour une vie équilibrée, ce qui n’interdit pas un brin de fantaisie.


Rédigé le Mardi 23 Octobre 2018 à 10:22 | Lu 439 fois

Vous courez depuis 1978 ; quel est donc votre carburant ?
Tous les ans, j’ai beau me dire : j’arrête, je continue quand même. A 65 ans, je suis contente de pouvoir encore me présenter à des compétitions sportives. Jamais je n’aurais imaginé arriver à ce niveau. J’ai encore le souffle, le moral qui suit. Oui, je dirais que c’est bien le mental qui me fait tenir. Avant d’aborder une compétition, je me fixe des objectifs et quand je cours, je les garde en tête. Après, il n’y a pas de secrets particuliers. Je suis à l’écoute de mon corps, j’avance à son rythme. Je fais attention à ne pas me blesser inutilement, à me faire mal pour forcer un résultat.

Cʼest ce tempérament qui explique votre longévité, selon vous ?
Oui, et aussi la foi. Je suis une grande croyante. Ma foi tient une grande place dans mon existence et je pense que c’est elle qui me fait tenir la plupart du temps.

En plus des compétitions, vous gérez un club de sport...
Je suis présidente du Club d’Athlétisme de la Plaine des Cafres depuis 2007. Quand je passerai le flambeau, j’aime- rais que les athlètes puissent poursuivre leurs activités favorites dans de bonnes conditions, surtout les jeunes. La relève, c’est important.

Comment arrivez-vous à gérer vie personnelle et sport ?
Je vise un équilibre entre ma vie personnelle et le sport. Mon mari Roland, est journaliste sportif et secrétaire du club d’athlétisme de la Plaine des Cafres. Il me soutient dans tout ce que je fais, pas seulement le sport. Nous avons trois garçons : Joël, David et Olivier. D’ailleurs, le dernier, Olivier, a toujours voulu se mettre au trail. Il me voyait courir et attendait son tour. C’est fini par arriver il y a quelques années de cela. Il court bien, il tient la route. Je l’encourage dans cette voie, sachant que quand j’étais enceinte de lui (de quatre mois si je m’en souviens bien) je courais déjà ! Dans la vie, on affronte des hauts et des bas, le sport m’a aidée à mieux gérer cela. Souvent, il me suffit de mettre mes baskets, d’aller courir et ça va déjà mieux ! Je suis par ailleurs à la recherche d’un nouveau sponsor pour mes rêves sportifs à venir. Toutes les propositions seront les bienvenues.

A quelle fréquence vous entraînez-vous pour une compétition ?
Pour les Masters de Malaga, par exemple, j’ai suivi un entraînement de huit semaines. Essentiellement des sorties course. Dernièrement, pour tonifier le haut du corps, je complète par des séances de raffermissement des bras et des abdominaux en salle ; j’y vais trois fois par semaine, le matin ou le soir.

Et pour la nutrition, vous vous imposez un régime spécial ?
Non, je ne suis pas de régime spécial. Je fais attention à ce que je mange, bien sûr ; j’évite de manger des plats trop gras ou trop de sucreries. Mais en général, et même pendant les phases de préparation, je mange de tout. Je prends un café le matin et parfois le midi. Je pense surtout à bien m’hydrater. Je bois beaucoup d’eau, au moins deux bons litres par jour. A l’exception de quelques gels que j’ai pu utiliser pour certaines courses, je ne ressens pas le besoin d’avoir recours à des stimulants. J’ai ma petite astuce pour la récupération, une petite recette maison. J’emporte avec moi une petite bouteille d’eau mélangée à du jus de citron et du miel. Il y a quelque temps, j’ai rajouté un peu de sel dans cette préparation en suivant les conseils d’Eric Lacroix que les amateurs du Grand Raid
connaissent bien. Ce petit remontant très simple à préparer me fait du bien pendant la course.
 
 
Suite de l’interview dans le Télémag+ 299, du mardi 23 octobre 2018



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Décembre 2022 - 07:02 Gérard Jugnot – Le Petit Piaf


Nouveau commentaire :