Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Parents : qu’est-ce qui change cette année ?


Chaque année, de nouvelles mesures deviennent officielles dès le mois de janvier. Santé, éducation, allocations... voici le point sur les nouveautés qui devraient changer le quotidien des parents en 2019.


LE CONGÉ MATERNITÉ S’ALLONGE POUR LES INDÉPENDANTES
Lorsque vous êtes employée, vous bénéficiez d’un congé de maternité durant la période qui se situe autour de la date présumée de votre accouchement. Sa durée est variable, en fonction du nombre d’enfants à naître ou déjà à charge. Il comporte une période de congé prénatal et un congé postnatal et vous bénéficiez d’une indemnisation versée par la Sécurité sociale. Eh bien sachez qu’à partir de 2019, les cheffes d’entreprises, les travailleuses indépendantes et les agricultrices ont désormais le droit à la même durée de congé maternité que les salariées, soit entre 8 et 16 semaines (au lieu de 6 à 11 semaines). Ainsi, les femmes qui travaillent à leur compte pourront vraiment pouponner, désormais. En effet, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 leur apporte plus de souplesse. A noter que les indépendantes ne seront pas obligées de prendre ces seize semaines. Cependant, si elles souhaitent être indemnisées, elles devront s’arrêter au moins trois semaines avant la naissance et cinq semaines après.

PETIT PROGRÈS POUR LE CONGÉ PATERNITÉ
Selon un nouvel amendement gouvernemental issu de la loi de financement de la sécurité sociale, les papas dont les nouveau-nés sont placés immédiatement dans une unité de soins spécialisés, comme c’est le cas notamment pour les bébés nés prématurément, verront la durée de leur congé paternité allongée. Il durera tout le long de l’hospitalisation de l’enfant. Rappelons qu’actuellement, les pères de famille bénéficient de 11 jours calendaires consécutifs de congé paternité et de 3 jours de congé de naissance, et ne peuvent par conséquent rester auprès de leur enfant en cas d’hospitalisation prolongée. Le salarié doit prendre le congé de paternité et d’accueil de l’enfant dans les 4 mois qui suivent la naissance du bébé. Une mesure mise en place notamment pour aider la maman, permettre au papa de plus s’impliquer, et ainsi favoriser l’égalité des sexes.

UNE FAIBLE REVALORISATION DES ALLOCATIONS FAMILIALES
En France métropolitaine, les allocations familiales correspondent à une aide financière perçue par les personnes ayant au minimum deux enfants de moins de 20 ans à charge. Le montant de l’aide accordée est fonction des revenus, du nombre d’enfants et de l’âge de ceux-ci. À La Réunion et dans les DOM, vous pouvez bénéficier des allocations familiales dès le 1er enfant. C’est la Caf qui vous verse automatiquement vos allocations familiales dès lors que vous lui avez signalé la naissance de votre enfant. Les montants actuels resteront applicables au moins jusqu’au 1er avril 2019. Mais par la suite, sachez que les allocations familiales n’augmenteront que de 0,3%, soit moins que l’inflation. À noter que cette mesure est également inscrite dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019.

BONNES NOUVELLES CONCERNANT L’AIDE : LIBRE CHOIX DU MODE DE GARDE (LCMG)
Le complément de Libre Choix du Mode de garde (LCMG) est une aide financière versée par la Caisse d’allocations familiales (Caf) pour compenser le coût de la garde d’un enfant. Il s’agit d’une prise en charge partielle de la rémunération d’une assistante maternelle agréée. Son montant varie selon le nombre d’enfants à charge, l’âge de votre enfant et vos ressources. Jusqu’à présent, le LCMG de votre enfant était divisé par deux à ses 3 ans, qu’il soit entré à l’école maternelle ou non. La première bonne nouvelle est que d’ici quelques mois, les parents qui ont recours à une assistante maternelle pourront bénéficier de cette aide à taux plein, non plus jusqu’au troisième anniversaire de l’enfant, mais jusqu’à son entrée à l’école maternelle. Un véritable coup de pouce pour les familles dont l’enfant est né avant août ! Autre bonne nouvelle, le complément Libre Choix du Mode de garde sera majoré de 30% pour les familles ayant un enfant bénéficiaire de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), à compter du 1er Novembre 2019.

LA FESSÉE INTERDITE EN FRANCE
Le 30 novembre dernier, l’Assemblée Nationale s’est largement prononcée (51 voix contre 1 et trois abstentions), en première lecture, contre la fessée. Les « enfants ont droit à une éducation sans violence», affirme le texte. Ainsi, toute forme de violence éducative ordinaire (physique, verbale ou psychologique) envers les enfants pourrait définitivement être interdite en France dès cette année. Il est à noter que ce texte ne s’accompagne d’aucune sanction pénale. Il a une valeur symbolique et vise à sensibiliser les parents et à favoriser une prise de conscience dans l’intérêt de l’enfant. Il sera désormais lu au cours des mariages civils à la mairie, et inscrit sur le livret de famille. Des campagnes devraient prochainement être lancées et les parents mieux accompagnés.

Rédigé le Lundi 14 Janvier 2019 à 21:54 | Lu 600 fois


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter