Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Patrick Serveaux, Président de l’UMIH à La Réunion


UMIH reunion et tourisme local
Patrick Serveaux est le président de l’UMIH à La Réunion, nous l’avons interrogé pour avoir son ressenti concernant le secteur du tourisme local.


QUEL BILAN DRESSEZ-VOUS DE LA CRISE COVID SUR LE TOURISME À LA RÉUNION ? LE CONSTAT...

La crise touche l’ensemble des acteurs, la grande famille du tourisme, de l’hébergeur en passant par la restauration, les tables d’hôte, fermes auberge, mais aussi les prestataires, transporteurs, artisans, les guide et les rhumiers qui par exemple ont subi 90% de vente en moins... Cela impacte donc La Réunion. Le chômage partiel reste en vigueur pour beaucoup d’établissements, pour le personnel cela sous-entend des problèmes de perte de motivation, de savoir, de savoir-faire et de capacité technique des personnes qui perdent une partie de leur revenu, ce qui dé- bouche sur des problèmes de pouvoir d’achat.
 
EN TANT QUE REPRÉSENTANT UMIH RÉUNION QUELLE EST VOTRE POSITION PAR RAPPORT AU PLAN DE RELANCE DU TOURISME.

Nous avons participé au plan de relance, qui n’est pas bouclé définitivement, sur plusieurs volets, tels que les « Chèque vacance », pour près de 50000 foyers bénéficiaires de la Caf, soit une enveloppe de 300 euros distribué par la caf (78% de familles bénéficient de la caf à La Réunion) et également pour le personnel soignant. Le dispositif sera appliqué dans d’autres régions de métropole afin de permettre à une clientèle qui ne pouvait jusqu’à maintenant s’octroyer des vacances de le faire.
Nous mettons en place également un « Package client » venant de l’extérieur, comprenant l’avion, l’hôtel et une de prestation de loisir à un tarif attractif. Nous souffrons de notre éloignement avec la métropole, alors l’objectif est d’avoir des prix d’appel, avec un premier prix inférieur à 1000 euros, ensuite ce sera au client de compléter le programme de ses vacances. Cette offre s’adresse aux hôteliers classés mais pas que... nous souhaitons toucher l’ensemble des acteurs de la filière, même dans des zones reculées de l’île.
 
QUEL EST VOTRE RÔLE AU SEIN DU COMITÉ NATIONAL FILIÈRE TOURISME ET COMMENT ALLEZ- VOUS AGIR AUPRÈS D’ELLE POUR AIDER LE SECTEUR DU TOURISME À SORTIR LA TÊTE DE L’EAU ?

Il y a deux représentants des outre-mer (antilles guyane /océan indien), nous échangeons avec le Comité et nous sollicitons une fois par semaine le secrétaire d’état au tourisme
Sur les points importants dont nous souhaiterions débattre tel que la fin de la quatorzaine et les mesures d’accompagnement pour la relance du tourisme. Nous avons des handicaps supplémentaires dû à l’éloigne- ment comparativement à la corse par exemple, économie insulaire comme nous, mais à une heure d’avion de la métropole, ce qui facilite le dispositif par rapport à la capacité d’accueil hospitalière en réanimation et la possibilité de procéder à une évacuation rapide des malades le cas échéant. La peur de la maladie est très présente, mais il faut relativiser. Nous avons eu sur tout le territoire national 2899 cas pour 66 millions d’habitants, c’est peu, alors il faut prendre en compte que la situation sanitaire de la France s’améliore. Les solutions, agir avec pédagogie, expliquer à la population que le risque est faible, quasi inexistant.
 
QUEL EST LE CHAMP D’INTERVENTION DE LA COMMISSION TOURISME DU MEDEF ET COMMENT CELA SE MANIFESTE AUPRÈS DES ACTEURS DU TOURISME LOCAUX ?
C’est un regroupement qui facilite les échanges sur des sujets importants, tel que le plan de communication à mettre en œuvre pour la destination réunion. Le but est de travailler ensemble avec des prismes différents mais complémentaires pour faire avancer le tourisme à La Réunion, de fédérer les adhérents au Medef oeuvrant dans le domaine du tourisme.
 
QUE FAUDRAIT-IL FAIRE OU METTRE EN PLACE POUR FAVORISER
LA RELANCE DE L’ACTIVITÉ
DES ACTEURS DU TOURISME LOCALEMENT
On y travaille actuellement. Il faut des produits adaptés au goût de la clientèle locale, de la grosse structure à la plus modeste, mettre l’accent sur les activités de loisirs qui doivent s’adapter aux mesures sanitaires. Faire en sorte que la clientèle domestique vienne dans nos établissements en semaine également, les inciter à travers des produits attractifs... Nous sommes heureux d’accueillir la clientèle locale.
 
POURQUOI N’EXISTE-TIL PAS DE
« PRIX RÉSIDENT » À LA RÉUNION ?
Cette pratique est jugée discriminatoire en France (tarif résident et étranger) donc tout le monde est logé à la même enseigne. Par contre, il existe des tarifs haute et basse saison, régit par le « yeld management », lorsque la demande est forte le prix augmente automatiquement.
 
POUR FINIR, QUELLE PRÉCONISATION POUR LE SECTEUR DU TOURISME LOCAL ?

Il faut un guichet unique du tourisme car les gens ne savent pas à quelle porte frapper et il faut faciliter leur démarche. Cela permettra de mieux accueillir les personnes concernées, la clientèle et les porteurs de projets afin de les orienter vers des spécialistes.
 

Rédigé le Jeudi 16 Juillet 2020 à 09:57 | Lu 23 fois