Menu
News


Pierre-Ambroise Bosse répond à sa mise en examen



Rédigé le Vendredi 2 Mars 2018 à 09:03 | Lu 180 fois

Rebondissement dans l'affaire Pierre-Ambroise Bosse. Selon Sud-Ouest, le champion du monde du 800m a été mis en examen pour violences volontaires avec arme après son agression subie le 25 août dernier à Gujan-Mestras. 

Un homme de 24 ans avait alors été mis en examen le 1er septembre pour l’agression du champion. Mais le jeune suspect avait à son tour porté plainte contre Bosse, l’accusant d’avoir déclenché la bagarre en lançant sur lui une canette de bière, entraînant l’élargissement de l’information judiciaire.

C’est dans ce cadre que l’athlète a été mis en examen le 26 février pour « violence avec usage ou menace d’une arme sans ITT » (incapacité totale de travail), en l’occurrence la canette, a indiqué le parquet de Bordeaux, confirmant une information du quotidien Sud Ouest. La mise en examen « n’a pas été accompagnée de mesures de sûreté », de contrôle judiciaire, a ajouté le parquet.

Le sportif, qui revient d'un entrainement de deux mois en Océanie lance : "Etre agressé, et être mis en examen... Bienvenue en France..." Puis ajoute : "On comptera les points à la fin, je ne suis pas inquiet." Son avocat, Maître Antenni, n'est pas du tout inquiet par cette mise en examen : "Une mise en examen n'est pas un jugement de culpabilité. C'est même une suite logique dans le cadre de la stratégie de défense adverse. On attend le renvoi devant le tribunal correctionnel qui confirmera qu'il n'y a pas eu deux victimes mais une seule."

L'avocat de l'agresseur présumé de Pierre-Ambroise Bosse, Maître Dupin, se montre beaucoup plus offensif : "Si Monsieur Bosse, qui était très alcoolisé (1,76 grammes) n'avait pas jeté une canette en verre, il ne se serait rien passé. Mon client s'est protégé la figure avec ses bras, il a eu une réaction. Ce sera au tribunal de juger si un jet de canette justifie un coup de poing ou deux." Il ajoute : "Cette affaire aurait pu ne pas dépasser le bureau d'une gendarmerie, se régler autour d'une bière comme après un match de rugby hargneux, ou en comparution immédiate. Mais il a fait une présentation éronnée des faits et a décidé d'une orchestration médiatique. Je n'ai rien contre les parades médiatiques mais il faut dire toute la vérité. Nous avons juste une stratégie de compréhension totale du dossier."

 



Nouveau commentaire :