Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Quand l’intelligence artificielle pourra prévenir Alzheimer


L’intelligence artificielle nous est utile dans de nombreux domaines, et explore désormais les maladies sans remède, comme l’Alzheimer. Jusqu’à présent, celle-ci se diagnostique seulement à un stade très avancé. Mais la revue médicale canadienne Radiology vient de relayer une étude de l’université de San Francisco, dont les résultats sont très encourageants.


Les chercheurs américains ont en effet appris à une intelligence artificielle à détecter les premiers symptômes de la maladie en lui faisant analyser des scanners cérébraux. C’est ce que l’on appelle le « deep learning » : l’apprentissage approfondi. Les résultats montrent que cette IA peut détecter la maladie environ six ans avant qu’un diagnostic clinique ne soit posé.

DES VARIATIONS INFIMES POUR L’OEIL HUMAIN
Pour entraîner leur IA, les chercheurs lui ont d’abord présenté près de 2 000 images issues de PET scans (un outil d’imagerie médicale en 3D) réalisées sur 1002 patients, pour qu’elle apprenne elle-même à en reconnaître les symptômes. Parmi eux, le niveau de certaines molécules, comme le glucose, est un signe, car il s’agit de la principale source de carburant des cellules du cerveau : plus une cellule est active, plus elle utilise de glucose.
Mais au fur et à mesure qu’elle devient malade, elle en utilise moins. La machine créée par les chercheurs est ainsi capable de détecter ces petites variations, indécelables par un diagnostic humain car trop subtils. Une fois que le programme a appris à reconnaître ces symptômes, ils lui ont fait passer deux tests : un premier de 188 scans, et un deuxième de 40. Pour le premier, le taux de réussite fut de 92%, et pour le deuxième, il monta de 98% ! Des résultats prometteurs pour des tests qui ne font que commencer.

UNE AVANCÉE IMPORTANTE POUR LA MALADIE
Détecter la maladie six ans avant présente de nombreux avantages : les seuls médicaments qui existant contre la maladie d’Alzheimer servent à enrayer la progression de la maladie. Mais pour que ces traitements fonctionnent, ils doivent être pris à un stade précoce de la maladie.
Aujourd’hui, c’est encore impossible, car l’Alzheimer se diagnostique à un stade très avancé. Mais quand cet algorithme sera utilisable en hôpitaux, les médecins pourront soigner des personnes présentant les signes précoces de cette maladie.
Spécialiste de la maladie d’Alzheimer, le professeur Bruno Dubois est intervenu le 24 octobre dernier au Forum Innovation IA qui s’est tenu à Toulouse.
Ne plus se souvenir de ce qu’on vient de faire, ne plus reconnaître le visage de ses proches, perdre son autonomie... La maladie d’Alzheimer touche près d’un million de personnes en France, dont 20.000 de moins de 65 ans, selon Santé Publique France. Chaque année près de 140.000 nouveaux cas sont diagnostiqués. Et jusqu’à présent, les essais thérapeutiques n’ont pas été concluants. D’où une nouvelle stratégie : chez les personnes en bonne santé, détecter celles qui risquent de développer la maladie.

RÉUNIR DES DONNÉES CONCERNANT DES MILLIERS DE PATIENTS
« Ces algorithmes ne suffiront pas à prédire de façon formelle la présence de lésions de la maladie (...). Mais ils permettront de sélectionner ceux chez qui la recherche de marqueurs biologiques, notamment sanguins, sera réalisée » souligne le professeur Bruno Dubois, directeur de l’Institut de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées (IM2A, Paris), dans son livre « Alzheimer. La vérité sur la maladie du siècle « (éditions Grasset). Pour cet apprentissage, il faudra réunir des données concernant des milliers de patients. Dans son rapport sur l’IA remis au gouvernement en mars 2018, où la santé est en première priorité, le député Cédric Villani notait déjà que «des communautés de patients pourraient répondre à l’appel d’un institut de recherche désireux de développer une intelligence artificielle permettant d’améliorer la détection ou le traitement de telle pathologie». La médecine prédictive et personnalisée ne pourra pas se passer de l’IA.

Rédigé le Jeudi 7 Novembre 2019 à 22:59 | Lu 188 fois


Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter