Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

RESUMES DES CHAMPIONNATS DE FRANCE DE HANDBALL METRO. & ULTRAMARINS


Les championnats de France métro. & ultramarins, organisés conjointement par la Ligue Île-de-France et la Fédération française de handball, se sont clôturés se sont clôturés samedi dernier, à la Halle Georges Carpentier de Paris (13ème). Cinq rencontres ont rythmé la journée, où champions ultramarins se retrouvaient confrontés aux champions de France amateurs. Chaque match a connu ses rebondissements et les nombreux supporters furent tout bonnement récompensés de leur présence. L'an prochain, les finalités fêteront leur dixième année d'existence, et le spectacle promet d'être encore au rendez-vous.


Arsenal du Robert - l'Entente Taulé-Carantec/Morlaix-Plougonven (33-27)
Les formations de l'Arsenal du Robert (Martinique) et de l'Entente Taulé Carantec/Morlaix-Plougonven ont ouvert le bal des rencontres de cette journée de finales des championnats de France Métros/Ultramarins de handball. Déjà victorieuse en 2002 en N2F, l'équipe martiniquaise a mené le match dès le début et s'impose finalement 33 à 27 sur les représentantes bretonnes. Portées par des supporters matinaux, les coéquipières de Jessie Thelcide n'auront vraiment été inquiétées que dans les dernières minutes de la rencontre, où l'on a senti leurs adversaires prendre un deuxième souffle. Pleines de confiance, les joueuses du Robert n'auront tout de même laissé aucune chance à Maeva Lemeunier et ses partenaires.
 
 
Etoile de Gondeau - Villers HB (26-36)
La tendance s'est renversée pour le territoire martiniquais dans cette deuxième rencontre. Mis à mal par un jeu collectif percutant et une défense physique et agressive de la part des Nancéiens de Villers HB, les joueurs de l'Etoile de Gondeau ont dû s'incliner 26 à 36. Auteur d'une belle saison 2017-2018, le club de Villers HB la termine sur un titre de champion de France de N3 après une parfaite démonstration de technicité, d'unité et de sportivité. Les Martiniquais n'auront pas démérité, fatigués par cette semaine ultramarine, et se seront accrochés jusqu'au coup de sifflet final.
 
 
L'Etoile de Morne-à-l'Eau - Chambray Touraine HB (27-28)
Les Guadeloupéennes de L'Etoile de Morne-à-l'Eau et les Tourangelles de Chambray ont offert un magnifique spectacle à leurs supporters venus en nombre pour cette finale de N2. La rencontre fut accrochée et indécise jusqu'au bout, avec une belle remontée au score des coéquipières d'Enora Blezes alors que l'on croyait le match plié. La passion et le talent ne suffiront malheureusement pas aux Guadeloupéennes pour s'offrir le titre de championnes de France N2, les Chambraisiennes un poil plus réalistes dans le money-time. Toutes peuvent néanmoins être fières du jeu qu'elles ont proposé aujourd'hui.
 
 
La Case Cressonnière - ASB Rezé (22-30)
Vainqueur autoritaire de la finale ultramarine, le Case Cressonnière fut confronté à ses limites face à l'ASB Rezé. Après une entame de match difficile, menés assez facilement au score dès les premières minutes de la rencontre, les Réunionnais profitaient d'un regain d'énergie pour se remettre dans le jeu et recoller au score avant que les nantais n'enfoncent vraiment le clou. Malgré tout, la distance était installée et la pause, qui aurait pu permettre d'inverser la tendance, a seulement permis aux joueurs de Liviu Burileanu de reprendre leur souffle pour assener le dernier coup de massue. L'écart fait, ils maitrisaient les débats et le rythme de la partie jusqu'à la dernière seconde.
 
 
HBF St-Denis - Achenheim Truchtersheim HB (22-38)
La fatigue s'est faite ressentir lors de la dernière rencontre de la journée. Leïla Lejeune et Laurence Maho jouaient la dernière rencontre de leur carrière, malheureusement elles ne termineront pas sur une victoire. Les Alsaciennes de l'Achenheim-Truchtersheim double la mise après leur succès en 2013, au terme d'un match mené de bout en bout. Dans le premier acte du match les Réunionnaises rendaient coup pour coup à leurs adversaires mais la tendance s'est très rapidement inversée au retour de la pause. L'équipe d'Aurélien Duraffourg ont profité des trente minutes pour appliquer parfaitement la technique enseignée au cours des heures d'entrainement. Elles clôturent la journée par une large victoire, 38 à 22, et une explosion de joie sur le podium.

Rédigé le Mardi 12 Juin 2018 à 08:29 | Lu 175 fois


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :


Recevoir notre newsletter