Menu
News


Salma Hayek accuse à son tour Harvey Weinstein et livre un témoignage glaçant



Rédigé le Jeudi 14 Décembre 2017 à 08:25 | Lu 207 fois

"Harvey Weinstein est mon monstre à moi aussi". Dans un texte publié par le New York Times, l'actrice mexicaine Salma Hayek révèle à son tour avoir été harcelée par le producteur américain lors du tournage de Frida au début des années 2000. 

Dès le début de son récit, l'actrice et productrice américaine explique les raisons qui l'ont poussée à se taire jusqu'à maintenant. «Je me suis auto persuadée que c'était fini et que j'avais survécu. Je me suis cachée, j'ai fui mes responsabilités pour éviter d'avoir à parler, en me disant qu'assez de personnes avaient mis en lumière mon monstre. Je ne pensais pas que ma voix était importante et que ça ferait une différence», explique-t-elle.

Elle commence par expliquer que "travailler avec Harvey" était une chance inouïe au début de sa carrière. "Il avait parié sur moi. Il m'avait dit oui", explique-t-elle avant de se désoler: "Je ne savais pas que ce serait à mon tour de dire non". Et l'actrice d'égrainer la liste des demandes de celui qui était alors considéré comme le faiseur de roi d'Hollywood: "Non pour lui ouvrir la porte à toutes les heures de la nuit [...] Non pour prendre une douche avec lui. Non pour le laisser me regarder prendre une douche. Non pour le laisser me faire un massage. Non pour laisser un de ses amis, nu, me faire un massage. Non pour du sexe oral. Non. Non. Non. Non. Non"

Un refus qu'Harvey Weinstein ne peut accepter. "Je ne crois pas qu'il a plus détesté quoi que ce soit que le mot 'non'", explique-t-elle avant de confier que le producteur a déjà menacé de la tuer, dans un accès de rage. "Je vais te tuer. Ne pense pas que je ne peux pas."

 «Quand il a compris qu'il n'aurait pas ce qu'il voulait, il m'a dit qu'il avait donné mon rôle, mon scénario et mes années de recherches à une autre actrice. Dans ses yeux, je n'étais pas une artiste. Je n'étais même pas une personne. J'étais une chose, pas une personne, mais un corps».

Après des mois de bataille, le producteur accepte de finir le film à condition que Salma Hayeck tourne une scène de sexe nue avec une autre actrice. Elle accepte pour voir aboutir son projet, mais son corps lâche. «Je n'arrêtais pas de pleurer et de trembler».

Le film Frida est finalement un succès au box office et remporte deux Oscars.

Du côté d'Harvey Weinstein, le producteur continue de nier en bloc assurant via sa porte-parole qu'il "ne se souvient pas d'avoir mis la pression sur Salma" pour qu'elle tourne cette scène "et n'était pas là au moment du le tournage". Pour rappel, une centaine de femmes ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d'agression sexuelle ou de viol depuis les révélations du New York Times, début octobre. Trois enquêtes sont en cours à Londres, New York et Los Angeles. 



Nouveau commentaire :