Menu
News


Small­ville: l'actrice Allison Mack à la tête d’une secte sexuelle



Rédigé le Vendredi 10 Novembre 2017 à 08:46 | Lu 720 fois

Small­ville: l'actrice Allison Mack à la tête d’une secte sexuelle
Les accusations qui pèsent sur Allison Mack sont particulièrement lourdes. 

La presse améri­caine a révélé l’exis­tence d’une secte où les femmes sont marquées au fer rouge, affa­mée, battues, et mani­pu­lées par le leader, qui obtient d’elles des faveurs sexuelles. Son bras droit serait Alli­son Mack, l’ex-star de la série Small­ville. Selon The Sun, l'actrice de 35 ans (qui n'a plus tourné depuis 2015) est à la tête du groupe controversé Nxivm, qui en apparence propose des cours de développement personnel à toutes celles qui souhaitent trouver leur chemin dans leur vie privée ou professionnelle. Mais se serait en réalité une terrifiante secte qui détiendrait près de cent femmes, esclaves sexuelles du leader Keith Raniere, à Albany (New York). Les membres seraient marquées au fer rouge lors d'un rite initiatique avec les initiales de Keith Raniere... lorsqu'il ne s'agit pas des initiales d'Allison Mack, car la jeune femme serait une recru­teuse-clef du groupe. 

Selon le Daily Mail, qui cite un ancien membre du groupe, en tant qu'adjointe du fonda­teur, elle aurait ses propres esclaves, elles-mêmes char­gées de recru­ter d'autres esclaves, et ainsi de suite selon un système pyra­mi­dal. Les membres du groupe seraient soumises à un régime très strict : elles ne pour­raient consom­mer plus de 800 calo­ries par jour, Keith Raniere préfè­re­rait en effet les femmes minces et préten­drait que la graisse ferait des inter­fé­rences avec ses niveaux d'éner­gie.

Un ancien attaché de presse de l'actrice a expliqué qu'"Allison est à la fois victime et auteur. Elle est victime car elle a eu un vrai lavage de cerveau de la part de Raniere, c'est son esclave". La porte-parole d'Allison Mack fait savoir que cette dernière refusait de s'exprimer sur le sujet pour l'instant. De son côté, le groupe NXVIM dément tout en bloc dans un communiqué et annonce qu’il "examine toutes les actions légales pour corriger ces mensonges".

 



Nouveau commentaire :