Menu
News


Syndrome de Noé quand l’arche perd la raison


Le syndrome de Noé, « animal hoarding » en anglais, est un trouble qui se définit par une accumulation excessive d’animaux de compagnie, bien plus d’animaux qui ne peuvent être accueillis dans un même lieu et dans un même temps, souvent des chats et des chiens.


Rédigé le Vendredi 13 Mars 2020 à 12:00 | Lu 60 fois

Syndrome de Noé quand l’arche perd la raison
Le nom de ce trouble compulsif particulier a pour origine l’histoire biblique selon laquelle Dieu ordonne à Noé de recueillir dans son arche un couple de chaque espèce animale afin de pouvoir repeupler la Terre après le Déluge.
Bien souvent les individus touchés par ceux que certains considèrent comme une maladie sont seuls et coupés de leur famille. Comme pour les personnes atteintes par le syndrome de Diogène, on constate une rupture sociale avérée. Il est important de noter que le syndrome de Noé concerne exclusivement les animaux et non pas les objets, plutôt appelée syllogomanie.

LES SYMPTÔMES DU SYNDROME DE NOÉ
   La personne qui souffre de ce problème ressent le besoin irrépressible de sauver des animaux, toujours plus d’animaux, sans avoir les moyens de les assumer, ni forcément de leur procurer les soins nécessaires. Elle croit réellement sauver les bêtes qu’elle recueille. Ces hommes ou ces femmes sont souvent persuadés d’avoir un don particulier pour comprendre les animaux recueillis. Ils se sentent investis de la mission de les protéger et les sauver. Les hoarders, comme on les appelle parfois, pensent être les seuls à pouvoir le faire.
Très attachée à ses animaux, ils ne peuvent pas s’en séparer et ne se rendent pas compte qu’ils s’en occupent mal et que la vie des bêtes est même parfois en danger. Inconscient de la souffrance qu’il provoque, le patient vit dans le déni. Ce comportement peut parfois entraîner de graves conséquences pour les animaux car plus l’accumulation est grande et plus se « hoarding » peut actionner une difficulté à s’occuper correctement de ces animaux.

QU’EST-CE QUE LE DÉNI ?
   C’est une notion utilisée en psychanalyse pour désigner le fait de refuser, de façon inconsciente, une partie ou l’ensemble d’une réalité. Il porte sur un sentiment ou une émotion, mais aussi sur des faits qui se sont produits. Cette perte du sens de la réalité est liée au fait que la personne souffrant de cette maladie n’a pas conscience de la situation, persuadé d’avoir un don spécial avec les animaux de compagnie, souvent des chats et des chiens.
Ainsi, le propriétaire des animaux devient ce qu’il ne supportait pas à la base : un être qui sans le savoir porte atteinte à leur santé et leur bien-être en négligeant leur toilette et le nettoyage du logement (accumulation des déchets ou des excréments) ou en leur infligeant une maltraitance involontaire.

LES CONSÉQUENCES POUR LES ANIMAUX
   Les conséquences de cette accumulation excessive peuvent être tragiques. Le hoarder peut rapidement se retrouver dépassé par la situation et ne plus maîtriser son environnement comme la santé de ses pensionnaires. Comme pour la pathologie des « Diogène », le rapport à l’hygiène se dégrade et le comportement des hoarders peut entraîner une réelle souffrance animale du fait d’une malnutrition ou d’animaux mal soignés. Avec l’entassement d’espèces différentes dans un espace réduit, les animaux vont développer des perturbations physiques et psychologiques. Le logement va se délabrer et les conditions d’hygiène se détériorer. Amenés à se soulager à l’intérieur du logement, les chiens, les chats ou autres espèces vont favoriser les maladies, qui vont se développer et se transmettre par manque de soins et d’hygiène, dans un espace fermé et insalubre.

LES TRAITEMENTS DE LA PATHOLOGIE
   Comme pour les autres types de syllogomanie, ceux qui collectionnent les objets, on ne sait pas encore si le syndrome de Noé est une pathologie, une maladie à part entière ou la manifestation d’un autre trouble psychologique plus complexe.
Les causes et origines de cette manifestation psychologique sont toujours en cours d’exploration.
Les traitements actuels sont les mêmes que pour les autres accumulations compulsives pathologiques. Cependant, ils fonctionnement moins bien sur la personne souffrant du syndrome de Noé.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Octobre 2022 - 16:10 Fête des diplômés de l'IRTS de la Réunion


Nouveau commentaire :