Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu
telemagplus

telemagplus


















TAUX VARIABLE OU FIXE, UN CHOIX CRUCIAL POUR VOTRE EMPRUNTc

Rédigé le Mercredi 16 Septembre 2020 à 10:00 | Lu 30 fois



​Élément déterminant sur le montant total de votre crédit immobilier, le mode de calcul du taux d’intérêt peut tout changer dans vos remboursements pour les vingt prochaines années ! Le soutien financier d’une banque se paie. Pour se rémunérer, l’établissement va en effet majorer la somme prêtée par un montant exprimé en pourcentage. C’est le fameux taux d’intérêt. Mais attention car il existe différentes techniques pour le calculer.
 
LE TAUX FIXE, LA CARTE SÉCURITÉ
Pour jouer la sécurité, la plupart des candidats à la propriété optent pour un crédit à taux fixe. Il est ainsi déterminé lors de la signature de l’emprunt et pour l’ensemble de la durée du contrat, sans jamais pouvoir évoluer. Le grand avantage est de connaître, dès le départ, le coût total du prêt et le montant des remboursements, sans subir de fluctuation des mensualités. C’est donc un bon moyen de se protéger contre une éventuelle hausse des prix, ce qui en fait la référence en matière de crédit immobilier. Si cette solution est évidente dans un contexte de taux bas, elle peut cependant être pénalisante si vous souscrivez l’emprunt alors que les taux d’intérêt sont forts, comme c’était le cas en 2000 (entre 5 et 6 %) ou en 2012 (4,3 %). À la première baisse importante du marché, il faut alors renégocier son crédit ou le faire racheter.
 
LE TAUX VARIABLE, L’INCONNU
Certains emprunteurs peuvent, à l’inverse, être séduits par un taux d’intérêt variable, affiché à un niveau plus faible que le taux fixe. C’est d’ailleurs le principal argument des promoteurs de cette solution, auquel s’ajoute la perspective de pouvoir directement profiter des baisses du marché, sans subir les frais allant de pair avec un rachat de prêt. En pratique, le taux variable est fixé par rapport à un indice de référence et évolue avec lui tout au long du contrat. Son montant est donc révisé chaque année. Le plus souvent, les banques optent pour l’Euribor, largement utilisé sur le marché monétaire euro, mais des indices moins répandus sont également possibles. Prenez garde ! Il s’agit d’un saut dans l’inconnu puisque vous ne connaissez pas à l’avance le coût total de votre crédit, alors même que ce dernier peut vous engager sur une vingtaine d’années. C’est donc un pari risqué car, comme le souligne le ministère de l’Économie, « un emprunt à taux variable peut se révéler être un piège redoutable, si les taux augmentent ». L’astuce : cette solution n’est envisageable que dans un contexte de taux fixes très élevés et lorsqu’il y a un écart conséquent avec le taux variable puisque vous pouvez alors anticiper une prochaine baisse des prix.
 
LE TAUX CAPÉ, POUR LIMITER LE RISQUE
Si vous décidez d’opter pour un crédit à taux variable, ce qui peut être intéressant pour un emprunt d’une courte durée, il est indispensable de limiter au maximum le risque de remontée du taux. C’est l’objectif du taux dit « capé ». Dans ce cadre, le montant des mensualités pourra toujours évoluer, à la hausse ou à la baisse, mais seulement dans une certaine limite déterminée lors de la souscription du contrat. En règle générale, ce plafonnement varie entre 1 et 2 points. En clair, si vous avez opté pour un crédit à taux variable de 2,5 % capé à 1, cela signifie que le taux d’intérêt ne pourra pas augmenter au-delà de 3,5 % ni diminuer en dessous de 1,5 %.


Nouveau commentaire :



Recevoir notre newsletter