Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Vacances en fête


10 ans ça se fête ! Pour l’occasion le plateau artistique du Festival vacances en Fête, qui se déroule du 8 au 17 mars, est à la hauteur de l’événement. Seront à l’affiche, entre autres, Lacrim, Jahyanai king et Shenseea. Coup de projecteurs sur ses artistes qui font le Show !


LACRIM
Lacrim, de son vrai nom Karim Zenoud, né le 19 avril 1985 à Paris, est un rappeur français d’origine algérienne. En 2009, Lacrim s’installe à Marseille. C’est là qu’il décide de se lancer dans une carrière musicale, faisant ses débuts par le biais de featurings sur des titres de Mister You. Le 14 mai 2012, il sort son premier album, « Faites entrer Lacrim ». Il contient quelques featurings du Rat Luciano, Rim’K, Keny Arkana et Atheena. Pour se faire remarquer, il annonce qu’il glissera un ticket gagnant dans l’un de ses albums pour une valeur de 1 500 €. Le gagnant recevra cette somme à condition qu’il apporte aussi une preuve de son achat. Faites entrer Lacrim est un succès commercial. Bien accueilli, il arrivera en 16e position des charts français de meilleures ventes d’album.

Un style musical reconnaissable entre tous
Quelques-uns des morceaux de Lacrim utilisent des samples de dialogues de films. Ses premiers albums abordent comme thème principal la criminalité. Lacrim a un style de rap assez saccadé, parfois rapide et souvent puissant, avec une voix très grave. Parsemés de punchline, le texte est centré sur son vécu de ce qu’il qualifie de vie de la rue.
Le son évolue vers une production plus douce, proche des morceaux des années 2010 des gros majors, avec une « voix RnB », et l’utilisation sur la plupart des morceaux du vocodeur. L’artiste assume son choix du vocoder et le défend, estimant « qu’avec de l’auto-tune les émotions passent mieux » et en considérant que la préférence pour un son brut est une « forme de racisme musical » ; pour Lacrim, son son est toujours authentique et sa démarche intègre et non liée au cahier de charge des majors dans un objectif de ventes : « Je fais ma musique par instinct, pas par stratégie ». En décembre dernier, l’artiste annonçait la sortie de son 3ème album pour février de cette année, deux années après force et honneur. Dans une interview accordée à Rap R&B, il en parle en disant : « … Aujourd’hui, mon environnement social et professionnel n’a plus rien à voir avec celui de mon enfance, mais malgré ça, je dois rester encore plus fort, méchant, puissant et acharné dans ma vie. Même si j’ai pu m’accomplir en tant qu’homme, financièrement, je n’oublie pas d’où je viens, mon éducation, les valeurs, les principes, le respect des autres et le parcours réalisé pour en arriver là… »

 

JAHYANAI KING ET BAMBY EN TÊTE DE CLASSEMENT SUR SHAZAM
Le célèbre duo de chanteurs de dancehall guyanais Jahyanai King et Bamby scorent sur les plateformes numériques en février de l’année dernière. Ces deux artistes sont les premiers de la top liste de Shazam France, un service d’identification musicale. Une vraie performance qui a ravit les fans. Ils ont été en tête du palmarès avec leur fameux titre «Who mad again» le plus «shazamé», en une semaine, «543 648 fois», ce qui les a placé à la première place du «Top 100 shazam de France».

Jahyanai King est né en Guyane en 1991. Il rencontre Bamby sur les bancs du collège et commence à écrire des textes. En 2005, à seulement 14 ans, il enregistre ses premiers titres.
En 2012, Jahyanai King obtient les prix de Chanson de l’année et Révélation masculine de l’année aux Hit Lokal Awards, tandis qu’en 2013 il est lauréat des prix Chanson de l’année et Meilleur interprète masculin aux Lindors de la musique guyanaise. Ces récompenses lui donnent alors l’idée de monter son propre label, Rude Thing Records, afin de produire, non seulement ses projets, mais aussi ceux de Bamby, ou encore des compilations, afin de faire découvrir au monde la nouvelle génération Dancehall…Passionné de cinéma, il décide alors que ses clips seront de véritables oeuvres d’art. La chanson «Run Di Place» le prouve avec une vidéo qui est visionnée plusieurs millions de fois. Leur dernier titre, «Who Mad Again» le prouve, avec plus de 8.500.000 vues sur YouTube ! Au final, «Who Mad Again» dépasse les 10 millions de streams et est certifié single d’or. Jahyanai King signe alors avec Sony/ATV tout en conservant son indépendance via son propre label.

Bamby est née en Guyane également, elle commence à chanter et danser dès 3 ans. Sa mère passe en boucle des albums de Whitney Houston, qu’elle apprend par coeur et répète. Lorsqu’elle est en CM2, elle participe à un casting pour être choriste dans un album du chanteur guyanais Francis Nugent. C’est son ami d’enfance Jahyanai King, lui-même auteur-compositeur, qui la pousse en 2015 à réaliser un premier clip, qui devient rapidement un succès sur Internet. Jahyanai King devient alors son producteur et chante en duo avec elle dans certains de ses morceaux.
Son nom de scène, Bamby, vient du surnom qu’elle avait étant petite. On la surnomme également la Dancehall queen de Guyane et dit d’elle « qu’elle est arrivée dans le game avec le titre Real Wifey, une excellente collaboration avec Jahyanai King. Le clip compte d’ailleurs plus de 2,7 millions de vues sur Youtube. On adhère à l’originalité du duo, ça fonctionne, et ils donnent tout sur du son où s’entremêlent le créole, le guyanais et l’anglais. Bamby et Jahyanai sont deux talentueux artistes, qui par leurs voix, leurs styles, et leurs flows ont su me faire apprécier le créole ainsi que le dancehall guyanais.

Rédigé le Lundi 11 Mars 2019 à 20:52 | Lu 342 fois


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Juillet 2019 - 23:37 Sébastien Échappé : L'Art du Body Painting


Nouveau commentaire :