Menu
A La UNE


Valérie Soupaya-Valliama - Miss India 2019


Valérie Soupaya-Valliama, 23 ans, 1m70, originaire de Sainte-Suzanne, actuellement poursuivant des études de Sciences Humaines à l’Université de La Réunion est Miss India 2019. Elle nous a accordé une interview où elle nous parle d’elle et de son rôle de Miss.


Rédigé le Mardi 13 Avril 2021 à 10:20 | Lu 190 fois

Quel est votre parcours ?

Je suis vraiment épanouie dans ce domaine d’études, malgré mon orientation scientifique à la base. Les sciences humaines ont clairement un rôle à jouer dans le bon fonctionnement de notre collectivité. C’est un domaine qui construit l’esprit critique et les différentes pratiques engendrent des compétences profitables à tous les milieux, tant académiques qu’économiques ou sociaux.

Qu'est ce qui vous a poussé à participer à l'élection de miss India ?

J’ai longtemps songé à participer à une élection de miss. Depuis toute petite, je suivais chaque année les élections de Miss à la télévision. Bien évidemment, étant une enfant je rêvais d’être une princesse.”Et oui c’était à cause de ma mère qui me racontait souvent des contes de fées, c’est sûrement grâce à elle que j’ai pu poser une couronne sur ma tête.” Je m’imaginais souvent à la place de la gagnante, et je me disais quand je serai grande je pourrai enfin y participer. Les années ont passées, je me suis consacrée à mes études principalement. Puis, en 2019, j’ai décidé de sauter le pas, c’était le bon timing pour moi. Je voulais vivre une belle aventure, peu importe où cela me mènerait. L’essentiel pour moi c’était de tenter ma chance, de me lier d’amitié avec de nouvelles personnes, de mettre en scène les heures que j’avais passé dans mon adolescence à marcher dans des hauts talons. Mon envie de participer à l’élection de Miss India s’enracine profondément dans un challenge personnel. J’ai un côté très extravertie mais paradoxalement une facette introvertie dans certaines situations. Je voulais laisser aux oubliettes ce dernier aspect, être une femme forte qui s’affirme et ne plus jamais douter de moi et de mes capacités. J’ai donc participé au casting, puis quelques temps après j’ai commencé l’aventure en compagnie des autres candidates que j’embrasse très fort. Nous nous revoyons parfois et c’est toujours un moment de pur bonheur de passer du temps avec elles.

Que représente pour vous la participation à cette élection ?

Cette élection m’a changé, elle a changé ma vie, ma vision des choses, surtout sur le plan personnel. J’ai été très entourée et j’ai eu du soutien de toute part, d’ailleurs je souhaiterai remercier encore une fois toutes les personnes qui ont cru en moi, surtout quelqu’un qui m’a toujours poussé vers l’avant, qui m’a toujours vu comme une actrice indienne (rires) et pour qui j’ai une pensée actuellement, aussi ceux qui m’ont valorisé et qui m’ont permis d'avoir encore plus confiance en moi. Non seulement elle m’a changé, mais j’ai pu aller encore plus loin et participer à Miss India France. C’était une aventure extraordinaire. Je me suis donnée corps et âme afin de concilier mes études et ce monde de princesse. J’ai réussi, et j’ai obtenu le titre de 1ère dauphine de Miss India France. Non seulement j’ai rencontré des gens merveilleux, je me suis fait de nouveaux amis, mais par-dessus tout, j’ai gardé en tête un souvenir inoubliable.

Comment s'est passée l'élection ?

La préparation a été riche et intense, nous avons été très bien encadré par le comité, surtout Kelly et Wendy qui ont fait un travail de qualité, bien évidement d’autres personnes nous ont épaulé et rassuré comme Blandine, une ancienne Miss Beauté Indienne. Toutes ces personnes ont contribué à notre bien-être pour qu’on soit prêtes pour le jour J. Revenons-en au soir de l’élection, je n’avais pas dormi la veille (rires), j’avais surtout peur de glisser sur scène. J’adore la contrainte et le challenge, le soir de l’élection j’ai été servie, cette sensation de stress, cette adrénaline, j’aimerai que tout le monde puisse connaître ça, c’est un ressenti incroyable, le fait d’être derrière les coulisses, d’entendre le public crier, de savoir que les projecteurs ne seront que sur nous. Waouh rien que d’y penser ça me donne des frissons. J’étais un peu tendue au début, cela ne se voyait pas mais j’avais l’impression que mon coeur allait lâcher, après mon discours le stress est parti, j’étais plus sereine, une petite voix dans ma tête m’avait dit “T’en fais pas c’est presque fini”. A la fin, lorsqu’on a annoncé mon nom j’ai pleuré et oui comme une madeleine, je n’ai pas pleuré pour les caméras mais parce que je savais à quel point je m’étais investie, pour moi j’avais réussi, c’était une victoire, et je me suis vraiment sentie capable. Par dessus tout c’est me sentir entourée et aimée de tous qui m’a vraiment touché, pour moi c’était une belle récompense.

Quel a été votre rôle pendant tout l'année de votre règne ?

Après l’élection du mois de septembre, j’ai participé à de multiples évènements, j’ai pu par la même occasion rencontrer une nouvelle fois des personnes avec une belle personnalité. Je devais en même temps me préparer pour mon départ à Paris pour l’élection de Miss India France, je n’avais donc pas le temps de m’ennuyer. Les 4 mois qui ont suivis mon couronnement ont été denses, à mon retour à La Réunion en janvier 2020 les évènements se sont ralentis, mais ce n’était pas un point péjoratif. Pour ma part, cela m’a permis de profiter de mes vacances et surtout de me reposer. J’avais aussi plusieurs projets, dont un notamment qui était de partir rendre visite aux enfants de l’Orphelinat de Pondichéry, mais en raison des circonstances sanitaires, je n’ai pas pu encore les réaliser. Mais dès que la situation sera plus stable je prendrai l’avion.

Quelle est la place de la culture Indienne dans votre vie ?

La culture indienne fait partie de moi, elle m’a été transmise par mes grands-parents, c’est donc quelque chose de sacré pour moi, que je ne peux renier. J’essayerai de transmettre mes savoirs à mes enfants plus tard. Même si j’ai une double culture chrétienne et tamoule, je suis très croyante et bien évidemment je crois en l’existence de Dieu, pour moi il y a un seul Dieu, qui se décline sous plusieurs aspects selon les différentes religions que l’on peut retrouver. Mais il n’y a pas que ça, j’adore aussi la cuisine indienne, je fais pas mal de pâtisseries pour le plus grand bonheur de mes proches, et bien-sûr si j’ai participé à l'élection de Miss India Réunion, c’est que la culture indienne fait partie de mon identité.

Quels sont vos souhaits pour le nouvel an Tamoul ?

Il est vrai que le temps passe et nous passons avec lui. Nous trépasserons même. Mais chaque année doit être différente, nous devons évoluer, entre l’origine et la fin, la vie elle-même nous invite à la maturation humaine, à porter du fruit à travers nos pensées et nos actes en faisant du bien autour de nous, en répendant nos ondes positives. On peut dire que le Nouvel an rime avec une nouvelle étape, que nous soyons croyant ou athée nous avons tous cette façon de voir les choses. Je souhaite à tous de connaître une très belle année, d’être toujours ambitieux, de toujours viser plus haut et surtout de ne jamais vous sous- estimer, car chaque personne est spéciale. Aussi une très belle année avec vos proches, en cultivant les moments de bonheur et en traversant le plus paisiblement possible les moments les plus difficiles. Je souhaite à tous, que vous soyez tamoul ou non une parfaite santé, de la prospérité et de la passion dans vos activités, et surtout de l’amour autour de vous durant toute l’année... Car sans amour nous n’avons rien ! 

Quels sont vos projets ?

J’ai énormément de projets, et une montagne d’idées en tête, je suis une pile électrique. Je croise les doigts pour que la situation dans notre société s’améliore et que je puisse enfin les réaliser.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Mai 2021 - 09:49 Le tatouage, mon art, ma mission de vie

Mercredi 28 Avril 2021 - 16:23 L’entretien d’embauche : comment assurer ?


Nouveau commentaire :