Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

L’éthylotest antidémarrage, une alternative au retrait de permis



​Près de la moitié des départements ont adopté la mesure qui consiste à proposer un éthylotest antidémarrage aux conducteurs en état d’ivresse, plutôt que de leur retirer le permis. Le fonctionnement de l’appareil et simple : il suffit de souffler dedans, et si le dispositif décèle une alcoolémie supérieure à la limite autorisée, le véhicule refusera de démarrer. Conduire en ayant abusé des boissons alcoolisées ne sera plus nécessairement sanctionné d’un retrait de permis en France. Lors du Conseil national de la sécurité routière de janvier, près de la moitié des départements ont décidé de proposer une alternative à l’automobiliste en état d’ébriété s’il souhaite éviter de perdre son carton rose. Il pourra ainsi opter pour l’installation d’un éthylotest antidémarrage (EAD) dans son véhicule. Pour y avoir droit, il faudra se faire contrôler avec un taux d’alcool dans le sang supérieur à 0,8 g/l. Notons toutefois que les récidivistes ne pourront pas profiter d’un EAD, et que la perte de leur précieux permis de conduire sera inéluctable. Le fonctionnement de l’appareil est simple: il suffit de souffler dedans, et si le dispositif décèle une alcoolémie supérieure à la limite autorisée, le véhicule refusera de démarrer. On se demande d’ailleurs si les anciens modèles de voitures, disposant d’un niveau de technologie plus faible, pourront recevoir ce dispositif. Ceux qui imaginent pouvoir tricher en faisant souffler, par exemple, leur enfant à leur place, risquent d’être surpris : l’appareil contrôle que le souffle provient bien d’un humain adulte. Il semble toutefois possible de tromper la machine si un camarade majeur et sobre nous accompagne. Ce système n’est en aucun cas conçu pour permettre aux alcooliques de rouler en toute impunité, il constitue une sanction au même titre qu’un retrait de permis. Son usage est d’ailleurs très contraignant : l’EAD redemandera de manière aléatoire de se tester entre 5 et 30 minutes après le démarrage pour de nouveau prouver notre sobriété. On aura alors vingt minutes pour s’arrêter sur le bascôté et souffler encore une fois. De plus, l’appareil coûte environ 1 000 euros et son installation est facturée 300 euros. La procureure de la République d’Evry-Courcouronne Caroline Nisand aurait toutefois glissé que « les amendes seront moins élevées pour ceux qui choisissent l’EAD plutôt que la suspension de permis ». La loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI) du 14 mars 2011 a introduit, sous la forme d’une peine complémentaire, l’interdiction de conduire un véhicule non équipé d’un éthylotest anti-démarrage (EAD). D’une durée maximale de cinq ans, cette peine complémentaire est prononcée à l’occasion d’une condamnation pour délit de conduite avec alcool. L’EAD est un dispositif installé dans le véhicule par un professionnel agréé. Cet agrément est délivré par le préfet et prononcé pour 5 ans.

Liste des professionnels agréés à La Réunion :
Société SCVA Agence Sud – 10 A avenue de Toulouse –ZI Bel Air – 97450 Saint-Louis Téléphone 0262 26 18 67

Société SCVA Agence Ouest – 2 rue Claude Chappe – ZA les Mascareignes- 97420 Le Port Téléphone 0262 42 99 57

Société SCVA Agence Nord – 3 rue de la Pépinière – ZA de la Mare- 97438 Sainte-Marie Téléphone 0262 53 12 42

Société Technique Frein Réunion – 62 rue Antoine Felix Leveneur – ZAC Roland Hoarau – 97410 Saint-Pierre – Téléphone 0262 96 87 32

A La Réunion, 31% des accidents mortels sont liés à l’alcool au volant.

Rédigé le Lundi 12 Octobre 2020 à 14:00 | Lu 29 fois


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Octobre 2020 - 16:00 Le smartphone au volant, fléau de la route


Nouveau commentaire :