Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Ecolo

C’est parti pour la Semaine Européenne du Développement Durable, du 30 mai au 5 juin.


L’occasion de découvrir des initiatives, partout dans l’île, qui participent à notre bien-être, et à celui de la planète.


C’est parti pour la Semaine Européenne du Développement Durable, du 30 mai au 5 juin.
Sébastien Mariotti, de la DEAL : Depuis trois ans, on met en perspective l’objectif de développement durable de la France, qui se veut exemplaire sur le sujet. Cette semaine permet de mettre en lumière des acteurs qui participent à atteindre un ou plusieurs des 17 objectifs du développement durable.
Focus cette année sur la question des villes. Dans ces territoires qui sont de plus en plus occupés, les Français, comme les Réunionnais, sont de plus en plus urbains. L’espace évolue aussi, il devient plus vert, on parle d’agriculture urbaine. Il devient plus convivial, on met l’accent sur les espaces de vie collective. Il faut que la ville devienne plus naturelle et participe au mieux vivre ensemble.
À La Réunion on en profite pour faire un éclairage supplémentaire sur la santé et l’environnement, poursuit Sébastien Marrioti. Cette année on est en train de valider le Plan Régional Santé Environnement, qui dure jusqu’en 2021. On met en place des actions particulières pour améliorer la santé des Réunionnais, et notamment par l’amélioration de son environnement.
image_26.png image.png  (2.14 Ko)

C’est parti pour la Semaine Européenne du Développement Durable, du 30 mai au 5 juin.
Grégory Lemee : collecter les déchets papiers des bureaux à la source

Le but de Bureau Recylage, créé en 2015, est de proposer et d’organiser le tri à la source du papier au sein des entreprises et des administrations. Le papier représente 90% des déchets bureautiques. Une fois qu’on a géré ce flux c’est une belle avancée. Le but c’est d’isoler le papier, de faire des collectes, en évitant qu’il soit re-mélangé, pour que 100% des déchets qui me sont confiés soient valorisés.
À cette heure à La Réunion, valorisation et recyclage = export. Il n’y a pas de revalorisation sur l’île. Il y a très peu d’économie circulaire. Nos solutions de traitement des déchets c’est l’export. Les déchets représentent la deuxième matière la plus exportée après le sucre. Le papier repart vers l’Asie et en partie vers l’Inde pour en faire du papier journal, de l’essuie- tout, etc.
Je suis un prestataire de service auprès des entreprises. Je sensibilise le personnel, je met à leur disposition des poubelles individuelles pour isoler le papier. On met des centralisateurs à côté des photocopieurs, des grandes box, où chacun va déverser sa corbeille individuelle quand elle est pleine. Ensuite je pèse, je fais des bordereaux de suivi de déchet (BSD) qui attestent du poids collecté, et je le ramène à Cycléa, qui le contrôle, me le reprend, et s’occupe de l’export.
Retrouvez Grégory sur le portail de la DEAL sous l’intitulé Alon trier au bureau
image_25.png image.png  (2.14 Ko)

Rédigé le Vendredi 1 Juin 2018 à 10:00 | Lu 27 fois


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 16 Juin 2018 - 10:00 Des arbres vieux de 1 500 ans à Mafate !