Télé Mag +
Facebook
Twitter
YouTube
Menu

Ecolo

Cerner le gaspillage alimentaire



Cerner le gaspillage alimentaire
En partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et la société coopérative RD2A (Réunion, Développement, Accompagnement et Assistance), la Région a mis en place le Réseau pour Éviter le Gaspillage Alimentaire (REGAL). Parmi les objectifs : la sensibilisation à une alimentation saine et de qualité, la promotion des produits péi dans les assiettes et la lutte contre le gaspillage alimentaire. Un gaspillage alimentaire qui atteint le seuil des 30% dans la majorité des établissements. La Région accompagne 8 lycées volontaires pour accueillir 8 jeunes volontaires en service civique jusqu’au 31 mai 2019. Ils ont pour mission d’effectuer un diagnostic du gaspillage alimentaire au sein de leur lycée (avec deux pesées comparatives programmées) et de mettre en place des actions de sensibilisation au travers d’affiches, de questionnaires et d’enquêtes de satisfaction. A terme, le réseau REGAL vise à atteindre l’objectif fixé par la politique nationale de lutte contre le gaspillage, une réduction de moitié d’ici 2025.

La canne, étonnant contenant

Cerner le gaspillage alimentaire
Utiliser la canne à sucre pour construire des bouteilles biodégradables et recyclables à l’infini, telle est l’idée originale de Nicolas Moufflet. Sa Vegan Bottle est composée à 100% de bagasse, le résidu fibreux de la canne à sucre reconditionné sous forme de granulés spécifiques avant d’être transformés en bouteilles de 50 millilitres à 1,5 litre. L’ingénieur serait susceptible de se tourner prochainement vers Maurice ou La Réunion pour se fournir en matière première.

Une expo contre le réchauffement

Cerner le gaspillage alimentaire
Jusqu’au 23 février, la galerie Hang’Art de la Capitainerie du port de Saint-Pierre propose l’exposition photos “ Histoires d’eau ”, des clichés de Patrick Courtois, Serge Verliat et Jean Philippe dévoilant les paysages du Mustang, un ancien royaume de l’Himalaya situé dans le nord-est du Népal. L’exposition a aussi pour but de soutenir le village de Dhy, à 3 900 mètres d’altitude victime du réchauffement climatique alors que ses habitants n’ont pas de véhicule et n’utilisent ni chauffage ni électricité. Certaines photos seront ainsi en vente et les fonds récoltés seront reversés à une association et affectés aux projets du village.

De l’utilité des zones humides

Cerner le gaspillage alimentaire
Après la journée mondiale des zones humides, le 2 février, le mois est marqué par cette thématique cruciale pour la biodiversité. Selon un rapport publié en septembre 2018 par la convention de Ramsar, environ 35 % des milieux humides de la planète ont disparu entre 1970 et 2015 et le rythme s’est accéléré depuis 2000. Référente depuis 1971, la convention Ramsar propose une large définition des zones humides comprenant tous les lacs et cours d’eau, les aquifères souterrains, les marécages et marais, les prairies humides, les tourbières, les oasis, les estuaires, les deltas, les mangroves et autres zones côtières, les récifs coralliens et tous les sites artificiels tels que les étangs de pisciculture, les rizières, les retenues et les marais salés.

Rédigé le Samedi 16 Mars 2019 à 07:00 | Lu 180 fois


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Août 2019 - 07:00 Des plantes pour sauver les tortues

Vendredi 9 Août 2019 - 07:00 Pique-nique zéro déchet