Menu
A La UNE


Un check-up santé pour votre bout de chou


La santé des plus jeunes est particulièrement suivie, y compris à l’école. Avant le retour en classe, il peut alors être judicieux d’effectuer un petit bilan pour assurer à votre bambin une rentrée dans les meilleures conditions.


Rédigé le Lundi 9 Août 2021 à 14:46 | Lu 221 fois

Source d’angoisse

Entre les jeux de récréation qui tournent parfois à l’accident, les multiples microbes favorisés par la promiscuité scolaire, les soucis d’allergies ou encore les problèmes de vue qui peuvent apparaître au moment de l’apprentissage de la lecture ou de l’écriture, les premières rentrées scolaires des bouts de chou sont souvent source d’angoisse pour leurs parents. Pour éviter un stress inutile, le mieux est donc de prendre les choses en main en réalisant un petit check-up !

Des vaccins obligatoires

Un check-up santé pour votre bout de chou
En France, certains vaccins doivent obligatoirement être réalisés pour pouvoir faire ad- mettre son enfant en crèche, à l’école, en garderie ou même en colonie de vacances. Les justificatifs de vaccination doivent alors être présentés à l'établissement scolaire à chaque rentrée. Commencez donc par vérifier que tout est à jour. Avant 2018, c’est le fameux vaccin DTP – pour diphtérie, tétanos et poliomyélite – qui était imposé. Les bambins nés à partir de cette année-là doivent désormais recevoir 11 vaccinations obligatoires comprenant non seulement le DTP mais aussi la coqueluche, les infections invasives à pneumocoque et celles à Haemophilus influenzae de type b, le méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole et enfin l’hépatite B. La fièvre jaune s’ajoute en outre à cette longue liste pour les résidents de Guyane. Bon à savoir : la vaccination contre le Covid-19 n’est en revanche pas obligatoire pour aller à l’école.
 

Rendez-vous avec des spécialistes

Un check-up santé pour votre bout de chou
Un suivi régulier des petites quenottes de votre bambin est essentiel pour s’assurer qu’elles sont saines, sans caries, mais aussi qu’elles poussent correctement. Profitez donc de la période précédent la rentrée scolaire, lorsque les semaines sont moins chargées, pour prévoir un check- up avec votre dentiste. De même, l’école met à rude épreuve les yeux des enfants. Des problèmes de vue comme la myopie, l’astigmatisme, le daltonisme ou encore l’hypermétropie peuvent alors apparaître dès les petites classes, lors de l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Or, la vue évolue rapidement durant l’enfance. Si votre enfant porte des lunettes, il est donc judicieux de faire le point avec votre ophtalmologue à chaque rentrée. Afin d’épauler les familles, deux visites médicales sont également réalisées à l’école, la première en maternelle pour les bambins de 3 à 4 ans, et la seconde en grande section ou au CP au cours de la 6e année des enfants. Ces bilans de santé s’attachent notamment à identifier d’éventuels soucis visuels, auditifs ou des troubles du langage qui peuvent entraîner des difficultés d’apprentissage. Il est recommandé aux parents d’y assister.

Faire face aux besoins spécifiques

Votre bout de chou souffre d’asthme, d’une intolérance alimentaire ou d’allergies, et sa rentrée scolaire vous inquiète ? Pas de panique, le projet d’accueil individualisé (PAI) est fait pour ça. Ce document écrit précise les adaptations à apporter à la vie scolaire et périscolaire des enfants et adolescents qui ont des besoins de santé spécifiques. Vous pouvez prendre l’initiative de ce projet ou il peut vous être proposé par le chef d’établissement. Dans tous les cas, il sera élaboré en concertation avec le médecin scolaire et celui de l’enfant. Ses besoins thérapeutiques y sont précisés et des informations telles que son régime alimentaire, ses conditions de prises de repas, les aménagements de ses horaires ou encore les dispenses de certaines activités incompatibles avec sa santé y sont décrites.

Exit le certificat médical

Auparavant, la rentrée scolaire rimait aussi avec le « certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive » qui impliquait de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. En 2017, l’État a toutefois relâché la bride. Depuis cette date, le certificat n’était plus exigé dans le cadre scolaire et ne devait être fourni que tous les 3 ans en dehors, hors sports à risques. Un décret du 7 mai 2021 assouplit encore la procédure ! Exit le certificat médical, il suffit désormais de remplir un questionnaire pour obtenir ou renouveler la licence sportive de votre enfant. Il comprend 24 questions relatives à son état de santé. Il n’y a qu’en cas de réponses positives qu’une consultation médicale sera nécessaire. Les disciplines dites à « contraintes particulières » font néanmoins exception et nécessitent toujours un certificat médical en bonne et due forme. Il s’agit des sports de voltige, du rugby et de ceux utilisant une arme à feu ou à air comprimé. Lorsqu’ils sont pratiqués en compétition, sont aussi concernés les sports de combat avec K.-O., comportant l’utilisation de véhicules et les sports aéronautiques.



Nouveau commentaire :








Recevoir notre newsletter